Accroché au pétrole: la Russie se libère-t-elle?

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

L'économie russe reste structurellement dépendante des revenus tirés des exportations de pétrole et de gaz. Le secteur représente toujours près de 60% des exportations totales de biens.

Depuis 2016, la corrélation entre les prix du pétrole et le taux de change du rouble, les dépenses budgétaires et la croissance du PIB de la Russie s'est affaiblie, principalement à cause des politiques gouvernementales et des sanctions internationales.

Le nouveau cadre budgétaire fixe les dépenses fiscales à un prix du pétrole conservateur de 40 dollars le baril (ajusté de 2% par an en 2017), obligeant le gouvernement à économiser les revenus pétroliers exceptionnels et à les investir dans des avoirs extérieurs.

Les sanctions internationales ont modifié la structure des flux de capitaux, les rendant moins procycliques.

Néanmoins, l'économie russe reste structurellement dépendante des revenus tirés des exportations de pétrole et de gaz. Le secteur représente toujours près de 60% des exportations totales de biens et 45% des recettes du budget fédéral.

Les exportations non énergétiques ont augmenté récemment, grâce à l'amélioration de la compétitivité des prix des biens produits dans le pays. Néanmoins, les exportations hors énergie prendront du temps et des efforts pour améliorer les performances de la Russie en matière d'exportation.

Si elle s'accompagnait de réformes structurelles, la transmission plus faible de la volatilité des prix du pétrole à l'économie russe pourrait progressivement faciliter la diversification de l'économie et stimuler durablement la croissance économique.