Sika améliore sa performance au premier semestre, optimiste pour 2019

AWP

2 minutes de lecture

Le groupe zougois a, dans la foulée, confirmé son objectif de dégager des recettes de plus de 8 milliards de francs sur l’ensemble de l’année.

Sika a amélioré sa performance à tous les niveaux sur les six premiers mois de l’année. Le fabricant zougois de spécialités chimiques pour la construction et l’industrie a dans la foulée confirmé son objectif de dégager des recettes de plus de 8 milliards de francs sur l’ensemble de l’année.

La société a engrangé un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de francs entre janvier et fin juin, en hausse de 7,6% sur un an, a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué. Hors effet des devises, les ventes ont gagné 9,6%.

Au niveau de la rentabilité, Sika a enregistré un résultat d’exploitation (Ebit) en progression de 8,3% à 481,7 millions de francs et un bénéfice net de 330,7 millions (+3,9%). La marge opérationnelle a été améliorée de 0,1 point de pourcentage à 12,9%.

Le résultat opérationnel a cependant été impacté négativement par les coûts d’acquisition et d’intégration de Parex, à hauteur de 30,8 millions de francs. Sika avait annoncé en janvier le rachat du fabricant français de mortier pour une valeur d’entreprise de 2,5 milliards de francs.

«Le rachat de Parex nous apporte une accélération supplémentaire de croissance, nous permettant de dépasser l’objectif de 8 milliards de francs de chiffre d’affaires», a indiqué le directeur général Paul Schuler, cité dans le communiqué.

Alors que le groupe de Baar a dépassé les attentes du marché en matière de recettes, il a manqué de peu les prévisions pour l’Ebit et le profit net, respectivement attendus à 490 millions de francs et 334 millions.

Pour l’ensemble de l’année, la direction a confirmé son objectif énoncé en avril d’une croissance du chiffre d’affaires à plus de 8 milliards de francs. L’Ebit doit désormais afficher une progression à deux chiffres.

Ouvertures de sites et acquisitions

La croissance du groupe a été portée par toutes les régions, avec une progression particulièrement soutenue en Asie-Pacifique (+14,8%) - notamment en Chine et en Inde - et aux Amériques (+12%), alors que la région englobant l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique a crû de 7,9%.

La croissance du groupe doit être portée par l’ouverture de sept à neuf usines et de nouvelles acquisitions, après quatre inaugurations d’installations au premier semestre. L’entreprise compte dévoiler les détails de sa stratégie le 3 octobre.

Les analystes de Vontobel ont pointé du doigt la croissance organique (+3,1%) un peu plus faible qu’escomptée, tout comme la marge Ebit inférieure aux attentes, même si cela s’explique par des frais d’intégration plus élevés pour Parex. La solidité des flux de trésorerie, de 179,7 millions de francs (+4,8%), a par contre été applaudie par les spécialistes de la banque zurichoise.

Ces derniers sont cependant prudents pour la suite, en raison de l’appréciation du franc face à l’euro et du ralentissement généralisé du marché automobile.

Les analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB) ont pour leur part évoqué un «résultat semestriel solide» dans un commentaire. La forte valorisation de l’action limite cependant l’évolution du titre. Ces derniers s’attendent à une légère accélération de la croissance organique en seconde partie d’année.

Revenant sur l’acquisition de Parex, l’établissement cantonal a souligné que ce rachat avait certes un effet de dilution sur les marges, mais l’Ebit a néanmoins pu être augmenté de 8% au premier semestre.

A la Bourse suisse, la nominative Sika s’est étiolée de près de 2,7% à 148,80 francs, alors que le SMI des valeurs vedettes a clôturé en recul de 0,31%. Depuis le début de l’année, la nominative s’est cependant envolée de plus de 25%.