Les métaux précieux en baisse, le palladium dévisse

AWP

1 minutes de lecture

Mercredi, le directeur d’Anglo American, qui produit du palladium, a prévenu que le produit connaissait une bulle. La correction est arrivée.

Les métaux précieux, et particulièrement le palladium qui a connu jeudi sa pire séance en six ans, ont baissé sur la semaine, pénalisés par la hausse du dollar.

Vendredi, l’or était en baisse pour la quatrième séance d’affilée «du fait d’un appétit des marchés pour le risque», a expliqué Mike van Dulken, analyste pour Accendo Markets.

Le métal jaune est considéré comme une valeur refuge et a donc tendance à s’apprécier en période d’incertitudes politiques et économiques mais à s’affaisser lorsque la confiance revient sur les marchés.

L’or doit également «faire face à des vents contraires avec un dollar en forme», ont ajouté les analystes de Commerzbank.

De nombreuses matières premières étant libellées en dollars, une hausse du billet vert les rend plus onéreuses pour les acheteurs utilisant d’autres devises.

Vendredi, l’once d’or est ainsi tombée à 1.286,79 dollars, son plus bas niveau en trois semaines.

Sur le trimestre, le métal jaune reste stable, en hausse d’à peine 0,8%.

Mais c’est pour le palladium que la semaine a été particulièrement dure.

Alors que le métal a connu une ascension continue ces derniers mois, multipliant les records, son cours s’est brutalement affaissé mercredi (-5,8%), puis jeudi (-7,3%, sa pire performance depuis avril 2013), tombant à 1.335,36 dollars l’once, son plus bas niveau depuis fin janvier.

Mercredi, le directeur général du groupe minier Anglo American, qui produit du palladium, «a prévenu que le produit connaissait une bulle», a souligné David Madden, analyste pour CMC Markets.

Le même jour, les échanges ont été beaucoup plus importants qu’habituellement, ont relevé les analystes de Commerzbank, qui prédisent une correction depuis plusieurs mois.

«11.400 contrats à terme ont été échangés sur le Nymex de New York, deux fois plus que la normale pour une journée», ont-ils précisé.

Malgré sa chute, le palladium reste environ 8,8% plus cher qu’au début de l’année. Sa récente hausse de prix a notamment été alimentée par des craintes de pénurie, alors que les véhicules à essence, dans lesquels il est utilisé, ont vu leurs ventes augmenter au détriment du diesel.

Comme les semaines précédentes, l’argent a suivi la même tendance que l’or, pointant jeudi à un plus bas depuis trois semaines, à 14,98 dollars l’once.

En revanche, depuis le début de l’année, il a fait moins bien que le métal jaune, puisqu’il a perdu plus de 2,5%.

Le platine s’en est mieux sorti, puisqu’il termine la semaine presque au même niveau que vendredi dernier. Depuis le début de l’année, le métal précieux utilisé dans la confection des véhicules diesel a gagné environ 7,5%.

Sur le long terme, il demeure néanmoins à des niveaux historiquement bas, pénalisé par le scandale des moteurs diesel truqués. Au moins d’août, il était ainsi tombé à un plus bas depuis octobre 2008, à 755,46 dollars l’once.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.294,75 dollars vendredi vers 12H10 GMT, contre 1.312,19 dollars le vendredi précédent à la même heure.

L’once d’argent valait 15,11 dollars, contre 15,43 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 852,26 dollars, contre 856,82 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 1.380,95 dollars, contre 1.576,01 dollars à la fin de la semaine précédente.