Les Bourses chinoises finissent tiraillées, prudence avant la Fed

AWP

1 minutes de lecture

L’indice Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,19%. Shanghai a en revanche reculé de 0,18%, tandis que Shenzhen s’appréciait de 0,18%.

Les Bourses chinoises ont clôturé mardi en ordre dispersé, Hong Kong grimpant légèrement tandis que Shanghai piquait du nez, reprenant son souffle à la suite de fortes hausses dans des marchés prudents à quelques heures d’une réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

A la Bourse de Hong Kong, l’indice Hang Seng a terminé sur une hausse de 0,19% à 29’466,28 points.

En Chine continentale, l’indice composite de la place de Shanghai a en revanche reculé de 0,18%, à 3090,98 points, tandis que l’indice de référence de Shenzhen s’appréciait de 0,18%, à 1688,76 points.

En l’absence de nouvelles informations sur l’avancée des négociations commerciales entre Pékin et Washington, la récente envolée des marchés chinois s’est essoufflée, les investisseurs tournant désormais leur attention vers la Fed.

La banque centrale américaine, qui tient mardi et mercredi une réunion de politique monétaire, devrait opter pour le statu quo et ne pas relever les taux d’intérêt, au vu de données économiques mitigées.

La place hongkongaise a également digéré la réunion de l’Opep et de dix pays alliés, qui ont décidé lundi d’annuler leur réunion d’avril, ce qui signifie «le maintien jusqu’au moins en juin des restrictions actuellement en place» sur la production de brut mondiale, observe Neil Wilson, du courtier Markets.com.

Dans ce contexte, qui alimente le renchérissement des cours de l’or noir, le groupe pétrolier étatique PetroChina a bondi (+2,49% à 5,36 dollars hongkongais), tandis que son rival Sinopec prenait 0,30% à 6,73 dollars.

Le géant technologique Tencent, poids lourd de la cote, a gagné 0,33% à 370,00 dollars, tandis que le fabricant de composants électroniques AAC Technologies prenait 0,33% à 45,90 dollars.

Le mastodonte russe de l’aluminium Rusal a monté de 1,11% à 3,65 dollars. En revanche, signe de la prudence des investisseurs, l’assureur vedette AIA a lâché 0,95% à 78,30 dollars.

En Chine continentale, la place de Shenzhen a résisté, mais la Bourse de Shanghai a trébuché, pénalisée par des prises de bénéfices après plusieurs séances en forte hausse.

«C’était un ajustement naturel, sans montagnes russes, car l’humeur des investisseurs tend à se stabiliser», décryptait Zhang Qi, analyste du courtier Haitong Securities.

«L’essoufflement de l’économie ne va pas disparaître soudainement. Les attentes des investisseurs sur une reprise» se sont donc rationalisées «et sont intégrées progressivement dans les cours», notait-il.

Le géant des télécoms ZTE a perdu 0,55% à 29,03 yuans, tandis que le fabricant d’équipements électroniques pour télécoms Eastern Communications plongeait de 7,83% à 30,49 yuans.

Les promoteurs immobiliers ont reculé de concert, à l’image de Vanke (-0,75% à 29,15 yuans) et de Poly Developments and Holdings Group (-1,11% à 14,24 yuans).

A l’inverse, les titres liés au secteur nucléaire ont bondi, profitant d’informations suggérant que la Chine va débuter la construction de nouveaux réacteurs pour la première fois en trois ans.

China National Nuclear Power, entité cotée du fleuron étatique du secteur CNNC, a gagné 2,94% à 6,30 yuans, et China Nuclear Engineering 5,57% à 9,47 yuans.