Le bénéfice net de BBVA tiré par l’Espagne

AWP

1 minutes de lecture

Le numéro 2 bancaire espagnol dirigé par Carlos Torres Vila a amélioré sa rentabilité de plus de 10% au premier trimestre.

La deuxième banque espagnole BBVA a publié vendredi un bénéfice net en hausse de 11,8% pour le premier trimestre, les résultats en Espagne ayant compensé l’impact négatif des changes sur ses autres marchés.

Le résultat net atteint 1,34 milliard d’euros, se plaçant au-dessus des attentes des analystes interrogés par le fournisseur d’informations financières Factset, qui tablaient en moyenne sur 1,16 milliard.

Sans l’impact des changes, la hausse aurait atteint 22,3%.

La banque explique cette hausse par «la bonne évolution des revenus récurrents, la modération des coûts d’exploitation et les moindres coûts d’assainissement et provisions».

BBVA avait dû par exemple provisionner 177 millions d’euros au premier trimestre 2017 pour un important plan de restructuration et de réduction du personnel.

En Espagne, BBVA a fortement réduit les pertes de sa branche immobilière, constituée d’«actifs toxiques», des biens immobiliers saisis pendant la crise à des particuliers ou promoteurs incapables de les rembourser.

La perte est passée à 27 millions d’euros contre 106 millions d’euros au premier trimestre 2017.

La banque prévoit «de réduire quasi totalement» son activité immobilière espagnole d’ici au troisième trimestre, lorsque sera effective la vente de cette branche au fonds américain Cerberus Capital, signée fin 2017 pour environ 4 milliards d’euros.

Au total, le résultat net en Espagne a grimpé de 54,2% au premier trimestre.

Le produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, a stagné à environ 4,3 milliards d’euros (-0,8%), en raison de l’impact négatif des taux de changes alors que la banque est présente sur tout le continent américain et en Turquie.

Sans cet effet, il aurait grimpé de près de 10%.

Le taux de fonds propres durs, qui mesure la solidité financière de la banque, s’est légèrement dégradé, à 10,9% contre 11,1% fin décembre.

Le taux de créances douteuses, des prêts risquant de ne pas être déboursés, est resté stable à 4%.

BBVA emploie environ 133’000 personnes dans une trentaine de pays, dont l’Espagne, le Mexique, la Turquie et les Etats-Unis.