Bénéfice net en hausse pour VZ Group en 2018

AWP

2 minutes de lecture

Le gestionnaire de fortune zurichois dirigé par Matthias Reinhart améliore ses gains annuels de plus de 10%. Titre en légère hausse.

VZ Group a amélioré sa performance l’an dernier. Affichant des revenus en hausse, le prestataire de services financiers et gestionnaire de fortune zurichois a dégagé un bénéfice net de 98,2 millions de francs, en progression de 13,1% au regard de 2017. Alors qu’un affaiblissement est d’ores et déjà attendu cette année, VZ veut multiplier les embauches.

En excluant une provision de 5,2 millions de francs constituée en 2017 dans le cadre de créances litigieuses sur la TVA, le bénéfice net a enregistré une croissance de 8,1% l’an dernier, indique vendredi le groupe établi à Zurich. Les revenus se sont quant à eux accrus de 9,2% à 284,2 millions, tout comme les charges, celles-ci passant en l’espace d’un an de 149,2 à 157 millions.

L’afflux net de capitaux a bondi de 11% à 2,6 milliards de francs, portant les avoirs sous gestion à 23,1 milliards, contre 21,8 milliards en 2017. La différence de 1,3 milliard s’explique par l’évolution des marchés, en particulier les turbulences intervenues en fin d’année.

A fin décembre 2018, le total du bilan se montait 3,1 milliards de francs, 13,2% de plus que douze mois auparavant. A l’image des exercices précédents, VZ entend verser 40% de son bénéfice à ses actionnaires, le conseil d’administration proposant au titre de l’exercice sous revue un dividende de 4,90 francs par action, contre un montant de 4,35 pour l’année 2017.

Nouveaux clients attendus

Conséquence de la forte correction des marchés financiers intervenue au cours des derniers mois de 2018, la valeur des actifs sous gestion a fléchi de 6% sur l’ensemble de l’année, alors qu’elle avait bondi de 18% un an auparavant. Une évolution dont la croissance des revenus devrait pâtir. De ce fait, le bénéfice devrait quelque peu fléchir, avant une normalisation de la situation en 2020, a indiqué le directeur général et actionnaire majoritaire de VZ, Matthias Reinhart, lors d’une conférence téléphonique.

Ce dernier table cependant sur une nouvelle augmentation du nombre de clients cette année. VZ entend aussi investir en vue de sa croissance future. Le nombre de conseillers devrait augmenter d’une douzaine à un total de 160 équivalents plein temps. Après avoir récemment ouvert sa première succursale tessinoise à Lugano, VZ veut porter à 30 le nombre de ses bureaux en Suisse, avec les nouvelles implantations de Berthoud, dans le canton de Berne et de Brigue, en Valais.

M. Reinhart a estimé que chaque conseiller à temps plein devrait contribuer cette année à un afflux net de nouveaux fonds de 17 millions de francs, soit au final un montant total de 2,72 milliards. VZ, qui réalise près de 60% de ses revenus dans la gestion de fortune, souhaite aussi attirer ses actuels clients vers les autres services financiers que le groupe propose, tels que ceux de prévoyance professionnelle, d’assurances ou encore des hypothèques.

«Notre objectif est qu’à l’avenir au moins 30% des clients privés aient recours à trois autres de nos plateformes, voire plus», a poursuivi M. Reinhart. Actuellement, ce chiffre atteint 15%. Au chapitre de la numérisation, VZ étoffe constamment son portail financier et les clients sont sensibilisés dans les filiales au conseil numérique. Cette année, le prestataire de services financiers veut se focaliser sur la poursuite du développement de la version mobile de son activité en ligne.

Des vues sur Londres

Les investissements ne se feront pas au détriment des actionnaires de VZ, auxquels M. Reinhart promet de maintenir un taux de distribution de 40% du bénéfice. Mais il ne faut pas compter sur une hausse à moyen terme. Le directeur général de l’entreprise en contrôle près de 60%.

M. Reinhart envisage également ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de VZ, en visant à moyen terme une implantation à Londres. La première étape consistera à établir dans la métropole financière un avant-poste afin de mieux aborder ce marché. L’acquisition d’un spécialiste du conseil financier représenterait une option pour prendre pied au Royaume-Uni.

A la Bourse, l’action VZ Holding a terminé en hausse de 0,2% à 261,50 francs, dans un SPI en hausse de 0,35%.