Raiffeisen attaque Pierin Vincenz au pénal

AWP

1 minutes de lecture

Raiffeisen soupçonne son ex-CEO de gestion déloyale et espère que le dépôt d’une plainte permettra de faire la lumière dans l’affaire Investnet.

La coopérative bancaire Raiffeisen a décidé de franchir le Rubicon dans l’affaire Investnet et porte plainte contre son ancien directeur général (CEO) Pierin Vincenz. Le groupe a lancé la procédure mardi auprès du Ministère public zurichois, indique-t-il mercredi. Dans une prise de position écrite, le principal intéressé se dit «surpris et abasourdi».

Raiffeisen soupçonne son ancien patron de gestion déloyale et espère que cette plainte permettra de faire la lumière sur les événements. La procédure est dirigée à l’encontre de M. Vincenz et toute autre personne potentiellement impliquée.

L’affaire trouve sa source dans le lancement d’une enquête du gendarme financier (Finma) contre Raiffeisen et Pierin Vincenz au sujet de la participation détenue par la banque dans Investnet, sur fond de conflit d’intérêt et délit d’initié potentiels. L’information a été révélée en novembre dernier.

La coopérative bancaire détient 60% d’Investnet depuis 2012 alors que M. Vincenz est actionnaire à hauteur de 15% de cette société appenzelloise. Ce dernier a dirigé Raiffeisen de 1999 à 2015. Il a souligné qu’il avait toujours veillé à éviter tout conflit d’intérêt. Investnet effectue des placements dans des PME en Suisse, Allemagne et Autriche.

La procédure lancée par la Finma a poussé M. Vincenz à quitter la présidence de l’assureur Helvetia le 18 décembre. Trois jours plus tard, l’autorité classait l’enquête à l’encontre de l’ex-CEO de Raiffeisen. Le gendarme financier continue néanmoins ses investigations sur la banque saint-galloise.

«Quand la police est arrivée devant ma porte hier (mardi) matin, ce fut un choc pour moi», a réagi l’ex-CEO dans une note adressée à la presse. M. Vincenz rejette «avec véhémence» les accusations qui sont portées contre lui et entend se défendre «avec tous les moyens» à sa disposition. Il estime avoir toujours oeuvré en faveur des entreprises pour lesquelles il s’est engagé.

Le groupe bancaire Raiffeisen a annoncé lundi une réorganisation de ses relations avec Investnet. La banque se concentrera, avec PME Capital, sur le financement des petites et moyennes entreprises (PME) tandis que les interdépendances financières entre Investnet Holding, PME Capital et Investnet seront supprimées.

L’objectif est de simplifier les rapports de participation et de se concentrer sur les coopérations, a-t-elle expliqué.

Pierin Vincenz visé par des procédures du parquet zurichois
Pierin Vincenz devra répondre devant la justice d’accusations de gestion déloyale. Le Ministère public zurichois a déjà lancé mardi une procédure à l’encontre de l’ex-directeur général (CEO) de Raiffeisen. Des perquisitions ont été effectuées mardi, a précisé mercredi le parquet zurichois. Le Ministère public a ouvert une procédure pénale contre Pierin Vincenz ainsi qu’un autre ancien membre du conseil d’administration d’Aduno.Mi-novembre, le prestataire de services financiers Aduno - racheté en août par l’opérateur de la Bourse suisse SIX Group mais dont Raiffeisen détient toujours plus d’un quart des parts (25,5%) - avait confirmé avoir mandaté un cabinet d’avocats zurichois spécialisé en droit des affaires pour enquêter sur certaines acquisitions réalisées sous la présidence de M. Vincenz, c’est-à-dire depuis sa création en 1999 jusqu’en juin 2017.

 

 

A lire aussi...