Finma: nouvelle approche pour les correctifs de valeur

AWP

1 minutes de lecture

L’ordonnance et la circulaire entreront en vigueur le 1er janvier 2020. Un délai transitoire de six ans au plus s’appliquera.

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) remanie les dispositions sur la comptabilité des banques. Elle adapte la méthode de constitution des correctifs de valeur pour risques de défaillance en matière de crédit.

L’ordonnance et la circulaire entreront en vigueur le 1er janvier 2020, selon un communiqué paru jeudi. Un délai transitoire de six ans au plus s’appliquera.

L’institution procède à ces modifications «pour les risques de défaillance des créances non compromises, cela afin de remédier aux faiblesses du système actuel, notamment le danger d’un effet procyclique en raison de correctifs de valeur formées trop tardivement».

Ce thème a été traité dans les normes comptables internationales: du côté de l’IFRS, la nouvelle approche est appliquée depuis 2018 et pour 2020 dans les US GAAP. Les nouvelles méthodes dans les standards suisses sont, en comparaison, «considérablement plus simples et davantage fondées sur des principes», selon le gendarme financier.

Les nouvelles approches se veulent proportionnées. Seules les banques d’importance systémique - au nombre de cinq en Suisse avec UBS, Credit Suisse, Postfinance, Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich - doivent modéliser les pertes attendues de manière détaillée dans leurs portefeuilles de crédit.