Vous avez dit volatilité? – Stratégie globale de Decalia

Decalia Asset Management

1 minutes de lecture

Hausse des indicateurs de risque financier et corrélation entre classes d'actifs: le pire est-il passé?

Malgré l’évolution récente des marchés financiers, et notamment la hausse des indicateurs de risque principaux, nous restons constructifs dans notre allocation d’actifs et fidèles à notre scénario macroéconomique récent à l’aube du second trimestre. Nous avons certes ajusté notre allocation tactique pour refléter une corrélation plus élevée entre les principales classes d'actifs, mais nous maintenons fermement nos positions. En effet, en regardant d’un peu plus près la cause des turbulences récentes, il nous semble encore prématuré de tirer des conclusions sur d’éventuelles guerres commerciales ainsi que sur un renforcement de la réglementation sur les grandes entreprises technologiques US. De plus, même si l'accélération économique mondiale a probablement atteint son point culminant en ce début d’année augurant une consolidation au cours des prochains trimestres, les niveaux d'activité restent très élevés. Nous avons toutefois légèrement augmenté la probabilité de notre scénario négatif du fait de la volatilité accrue et d’un environnement géopolitique qui pourrait se détériorer (protectionnisme, élections mi-mandat US).

Inflation: niveaux de base encore contenus

Sur le plan économique, si les anticipations d'inflation devraient encore augmenter au niveau mondial, les niveaux de base restent néanmoins contenus et surtout en deçà des objectifs des banques centrales. Ainsi, nous ne nous attendons toujours pas à de changements majeurs dans les politiques monétaires de celles-ci, poursuivant un «resserrement souple» en vue d’une normalisation graduelle. La corrélation plus élevée entre classes d’actifs devrait quant à elle revenir à des niveaux moyens historiques.

Actions: consolidation volatile en cours

Concernant notre positionnement en actions, nous recommandons de rester investi après la correction récente, tout en continuant à prendre des bénéfices de manière opportuniste, conservant ainsi une allocation globalement «neutre». En effet, malgré l’augmentation récente de la volatilité, les fondamentaux restent solides dans l’ensemble avec des politiques monétaires accommodantes, une croissance des bénéfices saine et des niveaux de valorisation désormais plus abordables plaidant pour un environnement favorable à court terme. Cela dit, les risques liés aux craintes inflationnistes, à une hausse brutale des taux, aux tensions commerciales ainsi qu’à d’éventuelles erreurs des banques centrales ne doivent pas être négligés. Dans l'ensemble, nous voyons donc encore un potentiel de hausse intéressant pour la plupart des bourses cette année, reflétant la croissance positive des bénéfices sous-jacents, mais pas de long fleuve tranquille à l’horizon pour autant.

Stratégie décorrélées pour les hedge funds

Au niveau obligataire, nous gardons une position prudente. 2018 devrait marquer un tournant dans les politiques monétaires mondiales et, malgré la hausse récente des rendements nominaux et réels, un risque persiste. La faiblesse du USD devrait toutefois soutenir les obligations EM en monnaie locale. A propos des changes, nous favorisons toujours l’EUR contre CHF et USD. Malgré un différentiel de taux grandissant, la devise devrait bénéficier de sa valorisation relative plus attrayante, de l'excédent des comptes courants européens et d’un repositionnement des investisseurs. Enfin, nous continuons à privilégier les placements alternatifs au travers de stratégies décorrélées dans les hedge funds et le private equity.

Indices PMI manufacturiers
 
Révisions BPA globaux