Tranches equity des CLO, une catégorie à part

AXA Investment Managers

1 minutes de lecture

«Elles ont toujours généré des revenus intéressants sur le moyen et le long termes», estime Serge Demay, Head of CLO Investments chez AXA IM.

Depuis la crise financière mondiale, qui remonte désormais à plus de dix ans, le marché des Collateralized Loan Obligations (CLO) a beaucoup évolué, tout en conservant malgré tout certaines caractéristiques, parmi lesquelles le fait que les tranches «equity» se trouvent tout en bas dans la hiérarchie d’une CLO. Cela en fait une catégorie de placement à part, comme l’explique Serge Demay, Head of CLO Investments chez AXA Investment Managers: «Les tranches equity sont naturellement les premières à subir des pertes et des défaillances, ce qui les rend risquées aux yeux des investisseurs institutionnels. Mais par le passé, elles ont toujours généré des revenus intéressants sur le moyen et le long termes.» D’où un profil chance-risque unique, par lequel elles se distinguent nettement des autres instruments classiques. 

Même en période de crise, les rendements globaux restent solides 

Même en temps de crise, les rendements globaux des tranches equity des CLO se sont révélés extrêmement solides, malgré des taux de défaillance élevés et le gel temporaire des distributions. Selon le spécialiste d’AXA IM, cela est dû au fait que les tranches equity bénéficient d’abord de frais de financement faibles à leur création et de spreads importants dans un premier temps. «C’est pourquoi ces tranches réagissent aux fluctuations des spreads, comme d’autres instruments de crédit. Elles révèlent leurs avantages uniques à moyen et long termes, en étant capables de profiter d’un contexte d’élargissement des spreads. Elles contribuent à la diversification d’un portefeuille.»  

Equilibre change/risque: les investisseurs ont le contrôle 

«Pour compenser le risque supporté par les investisseurs lorsqu’ils investissent dans une tranche equity, tout au bas de la hiérarchie d’une CLO, ils bénéficient d’un degré élevé de contrôle sur toute la durée de vie de la CLO.» En outre, ils auraient droit à l’excédent qui reste une fois les autres tranches servies, ajoute Serge Demay. Ainsi, les investisseurs reçoivent normalement chaque année 16 à 20% sur un cash flow pendant la période de réinvestissement, et entre 45 et 65% sur une distribution finale. Depuis que les CLO existent, aucun portefeuille n’a été liquidé sans mise à disposition de capital pour distribution aux investisseurs des tranches equity. Si le pool de prêts encaisse des défauts et des pertes alors que les distributions diminuent, les conséquences de ces pertes pour les investisseurs sont limitées si les défauts ne sont pas trop nombreux.  

Les avantages de la gestion active jouent un rôle 

Les portefeuilles CLO sont gérés activement. Cela permet de garantir que les tranches les plus haut placées sont entièrement servies. Les rendements des tranches equity sont ainsi optimisés. Comme des commissions liées à la performance s’appliquent et qu’une franchise de risque doit être respectée, le gestionnaire des CLO a tout intérêt à obtenir de bons résultats. «Cela incite les gestionnaires à optimiser les tranches equity des CLO. Cependant, tous les gestionnaires d’actifs ne se valent pas. C’est pourquoi nous conseillons aux investisseurs de miser sur des spécialistes chevronnés, qui possèdent une expérience reconnue et disposent d’une infrastructure suffisamment solide pour pouvoir exploiter pleinement le potentiel de cette classe d’actifs», précise le spécialiste d’AXA IM.