Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné avec l'égalité des chances?

Communiqué, Federation of International Employers

2 minutes de lecture

Peu de progrès réels ont été réalisés sur le front de la situation des femmes au travail par rapport aux hommes. Les employeurs doivent être moins passifs.

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier à Londres, le Secrétaire général de la Fédération des employeurs internationaux (FedEE) (et ancien conseiller pour l'égalité des chances auprès de la Commission européenne), Robin Chater a présenté un certain nombre de conclusions d'une étude actuellement en cours sur la discrimination sexuelle.

Dans le prochain rapport de la Fédération, New Perspectives on Women at Work (NPWWW), les auteurs révéleront qu'en dépit de l'effondrement des valeurs traditionnelles, des nombreuses réformes législatives et des investissements considérables dans des politiques d'emploi favorables à la famille dans le monde, la situation des femmes au travail est encore loin de correspondre à celle des hommes. Ce problème persiste à de nombreux niveaux, mais - même à son niveau le plus élémentaire - il est clairement établi que peu de progrès réels ont été réalisés, en particulier dans certaines économies émergentes clés.

Baisse de la participation au marché du travail

Selon la Banque mondiale, le taux d'activité des femmes dans le monde n'a cessé de baisser, passant de 51,04% en 1992 à 47,86% en 2018. En y regardant de plus près, le tableau est encore plus troublant. Jusqu'à l'année 2000, la proportion de femmes par rapport aux hommes dans la main-d'œuvre mondiale s'améliorait. Elle est ensuite entrée en déclin jusqu'en 2012, a connu une brève période de reprise avant de reprendre son déclin en 2018. 

De fortes disparités entre les modèles nationaux faussent la tendance mondiale.

De tels chiffres défient le mythe parfois perçu selon lequel les femmes ont pris des emplois masculins. Il est vrai que les hommes et les femmes souffrent d'un déclin mondial de la participation au marché du travail, mais les femmes semblent être perdantes dans la lutte pour obtenir et conserver des emplois.

La raison pour laquelle cette tendance mondiale n'est pas si évidente pour nous tous est qu'elle est si fortement déguisée par des modèles nationaux différents. Par exemple, la participation des femmes n'a cessé d'augmenter dans des pays comme l'Allemagne, Israël, la Nouvelle-Zélande, Oman et le Royaume-Uni. Toutefois, la situation a été beaucoup plus fluctuante en Argentine, en Bulgarie, au Portugal, en Russie et en Turquie. Les pays qui affichent une nette tendance à la baisse ou un taux d'activité des femmes très faible peuvent surprendre, notamment la Chine, la Finlande, le Ghana, l'Inde et la Pologne. En fait, la taille même de la population active chinoise et indienne sera l'une des raisons pour lesquelles la tendance générale à la baisse est si prononcée.

Le Qatar a un taux de participation des femmes plus élevé que le Royaume-Uni.

Dans de nombreux cas, les différences de participation peuvent sembler minimes. Toutefois, nous devons garder à l'esprit que nous nous attendons à ce que la tendance inverse soit évidente. Une partie de cette tendance pourrait s'expliquer par des changements dans les périodes d'éducation postscolaire passées par les femmes, bien que là où cela a été le plus clairement le cas, dans les pays à revenu élevé, la tendance à une plus grande participation a toujours été à la hausse. Les taux de participation des femmes ne sont pas non plus les plus bas dans les pays dont le niveau de développement économique est le plus bas. En fait, ils sont beaucoup plus élevés dans les pays à faible revenu (64%) que dans les pays à revenu faible à moyen (47%) et à revenu élevé (53%). 

Sans surprise, c'est au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Inde que la participation des femmes est la plus faible. Mais même dans ces régions, des pays vont à contre-courant - le Qatar ayant un taux de participation des femmes plus élevé que le Royaume-Uni.

Nous continuerons d'examiner ces chiffres dans les mois à venir pour découvrir comment le droit le plus fondamental de toutes les femmes - l'égalité d'accès à l'emploi - est renforcé ou entravé. 

Les employeurs doivent prendre des mesures actives
pour maximiser positivement le potentiel de tous les employés féminins.

«Nous pensons que cela va au-delà de la culture et des politiques formelles en matière de ressources humaines», admet Robin Chater, «et qu'il s'agit d'un problème psychologique beaucoup plus profondément ancré chez les femmes. C'est également étroitement lié à la taille de la famille, à l'âge auquel les femmes ont leur premier enfant, à l'évolution du rôle des parents dans l'éducation des enfants, et surtout à des questions pratiques telles que l'effondrement des réseaux familiaux étendus et l'émergence de services de garde d'enfants abordables par des tiers - pour éviter aux femmes de devoir faire carrière en exerçant une activité. Les employeurs doivent eux aussi devenir moins passifs dans leur approche de l'égalité des chances et prendre des mesures actives pour maximiser positivement le potentiel de tous les employés féminins. Dans de nombreux pays, les femmes diplômées sont aujourd'hui plus nombreuses que les hommes, mais au-delà de l'âge de 30 ans, leurs perspectives s'estompent. C'est un grave échec face à la concurrence accrue des entreprises.»

Traduit de l'anglais