Place à la transformation de la politique climatique américaine

Bram BOS, NN Investment Partners

1 minutes de lecture

L’administration Biden investira massivement dans l’énergie propre, ce qui pourrait conduire à une première émission de Green Bonds par le Trésor.

Ironie du sort, le départ des Etats-Unis de l’Accord de Paris sera rapidement suivi par une nouvelle adhésion. Le président élu, Joe Biden, s’est engagé à rejoindre l’accord mondial sur le climat dès qu’il sera entré en fonction, une décision qui démontre sa volonté de transformer la po-litique climatique américaine. L’administration Biden investira massivement dans l’infrastructure durable et l’énergie propre, ce qui pourrait conduire à une première émission d’obligations vertes par le Trésor américain et donner une nouvelle impulsion au marché mondial des obliga-tions vertes.

Biden a déclaré qu’il avait l’intention de fixer des objectifs climatiques ambitieux pour que les Etats-Unis dépendent à 100% de l’énergie propre et atteignent la neutralité carbone d’ici 2050. En dehors du retour dans l’Accord de Paris, la nouvelle administration Biden investira dans la résilience climatique et l’infrastructure énergétique propre. Elle adoptera également une attitude beaucoup plus sévère à l’égard des entreprises de combustibles fossiles et des autres pollueurs. Biden veut promouvoir une transition du pétrole vers l’énergie propre en supprimant les subsides fédéraux aux entreprises exploitant des combustibles fossiles. Il a, par ailleurs, promis de s’attaquer aux pollueurs profitant de leur pouvoir et portant ainsi atteinte de façon disproportionnée aux minorités et aux communautés à faibles revenus.

Les quatre prochaines années seront cruciales pour le combat climatique.

La nouvelle administration adoptera une rhétorique beaucoup plus ferme que celle de Trump en matière de changement climatique, tout en privilégiant l’unité mondiale. Cette impulsion diplomatique majeure encouragera les pays à fixer et à mettre en œuvre des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions de carbone et mobilisera la communauté mondiale pour lutter contre la menace du changement climatique avec tous les outils disponibles. Les quatre prochaines années seront cruciales pour ce combat. L’Organisation météorologique mondiale a récemment déclaré que le risque de dépasser l’objectif de 1,5 degré de plus que les niveaux préindustriels avant 2024 avait augmenté. Seuls des efforts concertés des gouvernements mondiaux pourront permettre d’éviter ce scénario.

Au total, la proposition de Biden en matière de justice climatique et environnementale comprend des investissements fédéraux de 1’700 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, lesquels viendront s’ajouter à des investissements privés, des Etats et locaux pour atteindre plus de 5’000 milliards. Ceci constitue une opportunité majeure pour que les Etats-Unis se lancent sur le marché des obligations vertes en tant qu’émetteur. «La victoire de Biden ouvre la voie à une transformation de la politique climatique américaine,» déclare Bram Bos, gestionnaire de portefeuille principal de Green Bond. «Biden s’est engagé à rejoindre l’Accord de Paris sur le climat et à investir massivement dans l’infrastructure durable et l’énergie propre pour lutter contre la menace existentielle du changement climatique. La nécessité de financer ces investissements constituera une opportunité majeure pour que les Etats-Unis se lancent sur le marché des obligations vertes en tant qu’émetteur souverain. Ceci est susceptible d’inciter d’autres gouvernements à suivre leur exemple et d’aiguillonner la croissance du marché mondial des obligations vertes.»

A lire aussi...