Petit tour de quelques grands dossiers

Allnews

2 minutes de lecture

Global Invest Forum à Paris: deux jours clé pour les investisseurs institutionnels et l’asset management.


De gauche à droite: Philippe Mudry (AGEFI), Serge Ledermann (Fonds de pension Schroders Suisse), Natacha Valla (BCE), Willian de Vijlder (BNP Paribas), Gilles Moëc (Axa)

Le Global Invest Forum du groupe media français l’AGEFI à Paris a permis de faire le point sur l’avancée de plusieurs grands dossiers d’actualité, avec une série de débats sur des questions liées à l’avenir, voire à la survie, de l’industrie financière européenne. A l’honneur: Union des marchés de capitaux, politiques monétaires, Brexit et, en «enjeu transversal», la prise en compte des critères ESG pour une généralisation de l’investissement responsable. Points forts.

Une union essentielle

La fragmentation des marchés de capitaux européens est l’une des problématiques les plus aigues de l’Union européenne. Pour y répondre, la Commission européenne a proposé un plan d’action pour la mise en place progressive d’une réorientation de l'intermédiation financière vers les marchés des capitaux et l'élimination des obstacles auxquels se heurtent les investissements transnationaux. Sur l’indispensable Union des marchés des capitaux en Europe (UMC), les opinions exprimées par Vittorio Grilli (J.P. Morgan), Leena Mörttinen (Ministère des Finance de Finlande) et Hélène Chauveau (Groupe Axa), convergeaient: une union des marchés des capitaux solide est tributaire d’une union bancaire en bonne santé et d’un environnement transparent et compétitif. La question n’est pas technique, elle est d’abord politique.

Taux négatifs, une mesure transitoire devenue norme

A l’heure où Mario Draghi défend son bilan et notamment les toutes dernières mesures adoptées en septembre, les investisseurs institutionnels s’inquiètent. Comment les caisses de pension livreront-elles les rendements qu’attendent leurs bénéficiaires ? «Pour les retraites par capitalisation, les taux à zéro, ou pire, négatifs, présentent d’immenses difficultés. C’est un problème auquel nous faisons face en Suisse depuis un certain temps» confirmait Serge Ledermann (Fonds de pension de Schroders Suisse). Le consensus macroéconomique exige des taux bas affirmait Natacha Valla (BCE), mais de l’avis des participants – dont Gilles Moëc (Groupe Axa) et William de Vijlder (BNP Paribas) –, les banques centrales ont fait leur travail. C’est maintenant aux politiques fiscales de prendre le relai.  

Brexit et franc-parler

Rien de tel qu’un ancien diplomate britannique pour ne pas tourner autour du pot. L’interview de Lord Peter Ricketts1 ne laissait planer que peu d’ambigüité sur le sombre futur du Royaume-Uni en cas d’absence d’un accord avec l’Union européenne. Pas de vraie stratégie à l’horizon dans un contexte où détricoter quarante ans de liens et de réglementations croisées promet des jours difficiles. La City devrait toutefois maintenir un rôle de centre financier là où l’euro n’est pas concerné, le renminbi et les changes, par exemple. Il serait bon que l’Union des marchés des capitaux lui soit ouverte mais, en tout état de cause, une sortie désordonnée ne pourra engendrer que le chaos, avec, à la clef une résurgence des velléités de l’Ecosse de sortir de la Grande-Bretagne et les risques d’une réunification de l’Irlande au détriment de l’Angleterre.  

L’ESG au cœur de toute gestion du futur

«Il est impossible aujourd’hui de gérer un fonds de pension (en Suisse) sans intégrer des critères de durabilité» affirme Serge Ledermann dans une interview donnée dans le cadre du Global Invest Forum. Au Danemark, comme dans tous les pays nordiques, les exigences sont encore plus radicales. L’ensemble du portefeuille de MP Pension (soit 16 milliards d’euros) est durable selon son CIO, Anders Schelde. «L’ESG est au top de l’agenda des membres du fonds. Ils s’en préoccupent davantage que du rendement» explique -t-il. Le groupe media français en a bien conscience qui remettait à l’occasion du forum les Global Invest Sustainable Awards en présence de Pavan Sukhdev, Président du WWF International.

Interview de Serge Ledermann au Global Invest Forum (GIF)


[1] Lord Ricketts a été ambassadeur du Royaume-Uni en France entre janvier 2012 et février 2016.