Monnaie numérique des banques centrales: la monnaie du XXIe siècle?

Maxime Botteron & Claude Maurer, Credit Suisse

1 minutes de lecture

Le leader dans la course à la numérisation de la monnaie est la petite banque centrale des Bahamas qui a déjà lancé son Sand Dollar.

Les banques centrales disposent d'un vaste choix d'options lorsqu'elles envisagent la conception d'une monnaie numérique de banque centrale (central bank digital currency, CBDC). Jusqu'à présent, les grandes banques centrales des marchés développés se sont attachées à définir les principales caractéristiques des CBDC potentielles, et certaines d'entre elles ont procédé à la validation de concepts.

Mais le leader dans la course à la numérisation de la monnaie est la petite banque centrale des Bahamas, qui a déjà lancé son Sand Dollar - le nom donné à sa CBDC.

Qu'est-ce qui différencie une CBDC d'un bitcoin?

Nous dirons d'abord que les CBDC sont une forme de monnaie, alors que les cryptomonnaies ne le sont pas, jusqu'à présent. Pour être qualifiée de monnaie, une CBDC devrait remplir les trois fonctions traditionnelles de la monnaie: réserve de valeur, moyen d'échange et unité de compte. Si les banques centrales continuent d'adhérer à leur mandat de stabilité des prix, les CBDC qu'elles émettent devraient remplir le premier critère et constituer une bonne réserve de valeur. En outre, en raison de leur statut juridique privilégié, les CBDC devraient être largement acceptées comme moyen d'échange. Leur acceptation pourrait même être obligatoire (cours légal). Enfin, tant qu'il existe un taux de change fixe entre toutes les formes de monnaies émises par les banques centrales (par exemple, un euro numérique vaudrait un montant fixe d'euro physique, idéalement un taux de change de 1:1), une CBDC sera également une unité de compte.

Les cryptomonnaies émises par des particuliers, en revanche, peuvent difficilement être considérées comme de la monnaie. Tout d'abord, en raison de l'importante volatilité de leur prix, certaines sont des réserves de valeur très peu fiables. Les monnaies les plus stables, appelées «stablecoins», doivent être adossées à des actifs financiers dont la valeur ne fluctue que très peu, comme les obligations d'Etat à court terme ou les réserves des banques centrales. Par conséquent, ce n'est pas la cryptomonnaie privée elle-même qui constitue une bonne réserve de valeur, mais les actifs financiers qui la soutiennent. Deuxièmement, l'acceptation des cryptomonnaies émises à titre privé comme moyen de paiement dépend uniquement de la volonté des utilisateurs. Les émetteurs devront donc créer un besoin pour que les utilisateurs soient prêts à accepter les cryptomonnaies émises à titre privé comme moyen de paiement. Troisièmement, il semble peu probable à ce stade, surtout si l'on considère que les deux premières conditions sont à peine remplies, de voir les cryptomonnaies émises à titre privé émerger comme unité de compte, du moins dans les zones monétaires où la banque centrale a pour tradition de préserver le pouvoir d'achat de sa monnaie.

Attention: ce texte a été traduit avec un outil automatique.

A lire aussi...