Le tourisme révolutionne l’Asie

Didier Maurin, Katleya Gestion

1 minutes de lecture

Les ressortissants chinois sont le moteur de cette dynamique, loin devant les Américains.

 

Le tourisme transforme profondément l’Asie du Sud-Est. Cette industrie est en croissance dans le monde entier mais c’est en Asie que ce phénomène est le plus flagrant. Les ressortissants chinois sont le moteur de cette dynamique. En étant responsables de plus d’un cinquième de l’argent dépensé par les voyageurs à l’étranger, soit plus de 260 milliards de dollars en 2016, ils occupent le premier rang, loin devant les Américains. Cette clientèle remplit les hôtels, les bus et les bateaux de croisière, elle fait tourner à plein régime les aéroports et gares, et envoie, en retour, vers son pays des quantités exponentielles de photos incitant à rejoindre le mouvement.

La dynamique en est à ses débuts: environ 5% de la population chinoise possède un passeport, mais le gouvernement délivre 10 millions de nouveaux documents par année! Le flux de touristes chinois ne cesse d’augmenter. Tout comme ceux du Japon dans les années 1980, les ressortissants du pays qui s’enrichissent voyagent. Des projections indiquent que les pays émergents de la zone Asie-Pacifique produiront 50 millions de voyageurs supplémentaires d’ici 2021.

«Il faut faciliter l’accès à de nouvelles îles, construire
de nouvelles villes et de nouveaux endroits.»

Le phénomène transforme la région, rendant nécessaire plus de 100 milliards de dollars de dépenses pour de plus grand aéroports, plus d’avions, de nouvelles voies ferroviaires, des hôtels et des parcs d’attraction. Un des effets de ce phénomène est bien entendu la montée des prix de l’immobilier qui rend l’investissement dans ce secteur encore plus intéressant.

D’ici 2021, les touristes chinois auront dépensé 430 milliards à l’étranger. Depuis 2015, la Thaïlande, les Etats-Unis et l’Australie constituent leurs destinations privilégiées. Pour les pays émergents, cette vague crée une pression sur les infrastructures. Quelque 180 nouveaux aéroports sont en projet en Asie du Sud-Est, et des centaines d’autres infrastructures sont en cours d’agrandissement ou d’adaptation. La région connaît une seconde révolution du tourisme: Il faut faciliter l’accès à de nouvelles îles, construire de nouvelles villes et de nouveaux endroits en général pour détourner ces vacanciers des lieux touristiques des années 1990 et 2000, désormais surpeuplés. A titre d’exemple, l’Indonésie a l’intention de créer 10 lieux semblables à «Bali» en guise de nouveaux endroits de villégiature, et la Thaïlande s’est associée au Japon pour construire une ligne de train à grande vitesse qui ouvrirait l’accès à de nouvelles destinations dans le nord du pays.