La plus grande compétition d’impact investing

Salima Barragan

1 minutes de lecture

L’impact sur la vie des populations des pays émergents passe par l’entrepreneuriat et la technologie.


Alisée de Tonnac, CEO et co-fondatrice du Seedstars World.

Le centre de convention SwissTech de l’EPFL a accueilli, la semaine passée, la 5e édition du Seedstars Summit. Il s’agit de la plus grande compétition d’impact investing. 67 startups des pays émergents ont été invitées en Suisse avec, à la clé, la possibilité de remporter jusqu’à 1 million de dollars en capitaux propres.

A côté de cette compétition, une journée dédiée aux investisseurs a été organisée. Il s’agit d’une occasion rêvée pour ces entrepreneurs sélectionnés parmi 5'000 candidatures de rencontrer des incubateurs et des «business Angels». Mais pas seulement. Des mentors et des experts de grandes entreprises telles que FedEx, Nestlé, Merck, Google, Amazon et IBM étaient également présents durant le sommet afin d’échanger avec ces jeunes sociétés sur certaines problématiques lors de workshops.

«Les pays émergents représentent 84% de la population mondiale
et contribuent à 59% du PIB global.»

Alisée de Tonnac, CEO et co-fondatrice du Seedstars World, parcourt le monde entier à la recherche de seeds; ces jeunes pousses prometteuses. «Aujourd’hui, l’impact social peut être rentable» selon cette jeune entrepreneure sociale. Les pays émergents représentent 84% de la population mondiale et contribuent à 59% du PIB global. D’ici 2025, la consommation annuelle de ces pays atteindra 30 milliards de dollars. Un marché de taille.

Tous les secteurs étaient présents, allant de la FinTech à la MedTech et BioTech en passant par la High/NanoTech ou encore la CleanTech. Le gagnant de cette édition 2018 vient du Ghana; il s’agit de Agrocenta, une start-up active dans l’AgriTech. Elle connecte les agriculteurs indépendants directement aux consommateurs afin d’encourager le commerce équitable. 9 autres prix supportant les meilleures innovations ont été décernés par des sociétés partenaires. Dans le domaine de l’énergie, Enel a décerné le prix Africa Energy à Solar Freeze. Cette start-up originaire du Kenya propose des coffres réfrigérants fonctionnant à l’énergie solaire. Quant à BBVA, elle a récompensé FinChat. Cette start-up singapourienne propose des services de messagerie conformes aux réglementations sur la conservation des données, de sorte que les banques pourraient atteindre des milliards d'utilisateurs grâce à ces plates-formes.

«Les activités de paiement ont la côte
auprès des FinTech tropicales.»
Un terreau fertile pour les FinTech

Les activités de paiement ont la côte auprès des FinTech tropicales. Le mexicain Payit propose un système de paiement pour toutes les dépenses quotidiennes par téléphone mobile. Le Brésilien Celcoin transforme n'importe quel smartphone en terminal de paiement pour les factures, les recharges et autres services. En Côte d'Ivoire, Cinetpay offre une passerelle qui permet aux e-commerçants et aux commerçants d'accepter des paiements par carte et par téléphone portable, en ligne ou hors ligne. Plus surprenant, Tabech Serviços du Mozambique, propose MovelCare, un service qui utilise des téléphones mobiles sans accès à Internet pour accéder à une assurance obsèques.

Cette édition a attiré plus de 1'000 participants intéressés à découvrir des technologies et des innovations aussi diverses que le nombre de pays représentés.