L’année 2022: apprivoiser le tigre inflationniste

Karsten Junius, Banque J. Safra Sarasin

2 minutes de lecture

Alors que la Chine fête son Nouvel An lunaire, l'économie mondiale peut-elle faire face aux inquiétudes inflationnistes?


©Keystone

Le 1er février marque le nouvel an lunaire chinois, qui annonce l'année du tigre. La Chine se trouve en pleine crise immobilière au même moment que le ralentissement de la croissance. Le monde pourrait ne plus pouvoir compter sur elle comme moteur de la croissance mondiale. Ailleurs, les pressions inflationnistes s'accumulent et pourraient bientôt inciter les banques centrales à prendre des mesures. La seule question est de savoir quand et dans quelle mesure, sans faire dérailler la reprise économique. La crise de la chaîne d'approvisionnement persistera vraisemblablement dans la deuxième moitié de 2022, et pourrait même s'aggraver en raison des tensions géopolitiques croissantes qui assombrissent l'horizon. Bien que les cas de COVID restent élevés, l'impact sur l'activité économique s'est atténué à mesure que les taux de vaccination augmentent et que les entreprises et les sociétés apprennent à vivre avec le virus.

Les inquiétudes liées à l'immobilier et à l'approche zéro-COVID pèsent sur la Chine.

Représentant 30% de son PIB, le marché immobilier chinois a un impact considérable sur le reste de l'économie mondiale. La crise qui a commencé l’été dernier avec le géant de l'immobilier Evergrande s'est étendue à d'autres promoteurs immobiliers. Depuis juillet 2021, les mises en chantier ont chuté de 22%, les prix des logements neufs ayant baissé pendant trois mois consécutifs. Le manque de liquidités chez les promoteurs immobiliers nuit aux dépenses publiques, qui dépendent largement des ventes de terrains aux promoteurs immobiliers. 

Alors que les banques centrales aux Etats-Unis, en Europe et dans les économies développées s'orientent vers un resserrement monétaire, la Chine entre dans un nouveau cycle d'assouplissement monétaire, afin d'éviter un ralentissement de l'économie similaire à celui observé en 2014/15. L'inquiétude grandit également face à la stricte adhésion de la Chine à sa politique de zéro COVID et à la crainte qu'elle n'exacerbe le ralentissement avec de nouvelles restrictions. Le gouvernement a déjà annulé la vente de billets pour les Jeux olympiques d'hiver de 2022, débutant en février. La Banque populaire de Chine a commencé à réduire progressivement ses taux en janvier et pourrait utiliser d'autres instruments pour soutenir les prêts dans l'économie au sens large. Toutefois, il est peu probable que la baisse des taux stimule les prêts dans l'économie où la demande reste faible, et elle ne soulagera que les emprunteurs existants.

La Fed gardera-t-elle son sang-froid sur les taux?

L'assouplissement monétaire de la Chine fait d'elle une exception, les économies développées cherchant à resserrer leur politique monétaire face à une inflation croissante. Le débat sur l'inflation n'est nulle part aussi intense qu'aux Etats-Unis, où l'inflation a récemment atteint son plus haut niveau depuis 40 ans, alors que l'économie montre des signes de surchauffe et que le marché du travail semble atteindre ses capacités. La Réserve fédérale américaine semble laisser entendre que la première hausse de taux interviendrait en mars, suivie de deux ou même trois autres plus tard dans l'année.

Le resserrement quantitatif est considéré comme un instrument brutal qui peut avoir des effets secondaires indésirables.

Récemment, la Fed a également annoncé un retrait de son programme d'assouplissement quantitatif, qui a conduit son bilan à plus que doubler depuis le début de la crise. Elle pourrait lancer un programme de resserrement quantitatif (RQ) au cours du second semestre 2022, en réduisant son bilan d'obligations du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires. Cependant, le RQ est considéré comme un instrument brutal qui peut avoir des effets secondaires indésirables. Lorsque la Fed réduira ses achats d'obligations, ceux-ci devront être absorbés par des acteurs privés, ce qui pourrait entraîner une offre excédentaire d'obligations et une flambée des rendements à court terme. La Fed devra procéder avec prudence et signaler chaque étape bien à l'avance.

Actions volatiles sur fond d'incertitude géopolitique croissante

Lors du lancement des résultats trimestriels, nous avons assisté à une forte rotation vers les secteurs de valeur, les marchés d'actions étant dominés par les marchés de taux américains. Les secteurs de la finance et de l'énergie ont mené la rotation, tandis que les secteurs sensibles aux taux, comme la technologie, ont connu l'une des plus fortes baisses de ces 12 derniers mois. Toutefois, les financières ont déçu en raison de la hausse des coûts, due à l'augmentation des salaires, et de la baisse des revenus de négociation. 

Les tensions géopolitiques croissantes, avec des craintes grandissantes d'un conflit en Ukraine, ont poussé les prix de l'énergie à la hausse et ont entraîné les échanges les plus volatils, l'indice de volatilité de Wall Street, le Vix, atteignant son plus haut niveau depuis octobre 2020. L'année du Tigre semble certaine de générer d'autres chocs et surprises dans les semaines et les mois à venir. 

A lire aussi...