L’écosystème digital à l’heure du COVID-19, un vecteur de croissance

Laurent Pellet, Lombard Odier

1 minutes de lecture

La communication digitale est devenue centrale dans ce nouveau monde où les échanges physiques sont provisoirement proscrits.

En période de crise, l’agilité est clé. Banques et gestionnaires de fortune externes ont dû mettre en place des plans massifs de télétravail en un temps record, un véritable défi en raison du niveau de sécurité et de confidentialité inhérents aux métiers bancaires. Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact de la pandémie COVID-19 sur nos économies et plus particulièrement sur les PME telles que les sociétés de gestion de fortune externes, mais cette crise exogène induira immanquablement des changements structurels importants dans la profession.

Une majorité des gestionnaires de fortune s’est remarquablement adaptée à ce nouvel environnement, notamment en faisant évoluer les processus opérationnels dans un contexte de télétravail à large échelle. Leur force a toujours reposé sur un service personnalisé, en s’ajustant aux exigences de la clientèle, ce qui implique une très grande proximité. Or, dans ce nouveau monde où les échanges physiques sont provisoirement proscrits, la communication digitale est devenue centrale.  

Servir la clientèle grâce à la technologie

Cette obligation de repenser les voies de communication avec leurs clients a offert une formidable opportunité de se rapprocher de leurs clients dans la sphère virtuelle, tout en poursuivant un service authentique et des conseils personnalisés avec, à la lumière de la crise, un facteur plus émotionnel en prenant en compte les circonstances personnelles de la clientèle.

Les conséquences de la pandémie vont forcément
impacter les revenus de la plupart des sociétés.

Notre dépendance à l’égard de la technologie s’est brutalement révélée ces dernières semaines. À l’ère digitale, il est crucial que les sociétés saisissent l’importance des avancées technologiques et anticipent leur impact sur les modèles économiques afin d’adapter leurs modèles d’affaires. Cette pandémie agit comme un catalyseur, accélérant les tendances existantes, tout en soulignant les fragilités des acteurs ne les ayant pas encore intégrées. Que ce soit en terme d’expérience client ou en gain d’efficience dans les processus, la digitalisation offre un meilleur positionnement en matière de différenciation et de valeur ajoutée.

Facteurs différentiants et valeur ajoutée

Les conséquences de la pandémie vont forcément impacter les revenus de la plupart des sociétés. Une meilleure maîtrise des coûts structurels et des gains en efficience sont essentiels. Digitalisation des processus de la gestion des portefeuilles, contrôle de gestion automatisé assurant le «suitability test», mais également suites eBanking à disposition des clients finaux, sont autant de solutions concrètes afin d’évoluer vers un écosystème digital, synonyme de vecteur de croissance.

Il est donc plus que jamais temps de faire preuve de créativité dans un contexte économique imprévisible, tout comme il est essentiel de préparer dès maintenant l’après crise sanitaire COVID-19 en évaluant les nouvelles opportunités, les modes de fonctionnement et les outils de communications afin d’apporter une réelle valeur ajoutée à la clientèle en toute circonstance.

A lire aussi...