Focus sur les batteries

Salima Barragan

1 minute de lecture

Regard sur le futur – Partie 3: Une technologie qui révolutionne les transports et le stockage d’énergie.


Tesla Motors Model S Base - ©Wikimedia Commons

En lançant son premier véhicule électrique, Tesla était loin de se douter qu’il accélérerait la tendance des batteries lithium-ion utilisées dans leurs engins. Le taux de croissance annuel de cette dernière génération de piles est de 14,7%. Cependant, d’autres technologies sont également sur le point de révolutionner les transports et le stockage d'énergie. Le point avec Aanand Venkatramanan, responsable ETF Investment Strategies, LGIM.

Les véhicules électriques comme moteur de croissance

En 2018, près de 2 millions de voitures hybrides ont été vendues dans le monde, soit une augmentation de 82% par rapport à l'année précédente. A ce rythme, les ventes atteindront vraisemblablement 28 millions d’ici 2030. Le marché des bus électriques est lui aussi en plein essor: «On prévoit 1,6 millions de bus municipaux supplémentaires en circulation d'ici 2040, dont 40% seront électriques», explique Aanand Venkatramanan. Les gouvernements incitent de plus en plus les conducteurs à abandonner leur ancien véhicule à moteur à essence. Par exemple au Royaume-Uni, un projet en cours interdirait la vente de nouvelles voitures alimentées uniquement à l'essence ou au diesel à partir de 2030. La bonne nouvelle pour les constructeurs, mais aussi pour les automobilistes, c’est que le coût moyen des batteries lithium-ion devraient diminuer de moitié d'ici 2030, les rendant ainsi plus abordables.

Le stockage d'énergie en réseau est un deuxième débouché
pour les batteries utilisées dans les sites d'énergie solaire et éolienne.
Les différents types de batterie

Si la technologie lithium-ion prédomine actuellement sur le marché, c'est parce qu’«elle est dense en énergie, efficace à plus de 80% et peut être utilisée dans des applications de grandes puissance et capacité énergétique», explique Aanand Venkatramanan. Mais en réalité, il existe six qualités de batteries fabriquées à partir de différents minéraux comme le nickel, le zinc et le sodium. «Il est important de saisir le spectre entier des différentes technologies, car d'ici dix ans, d'autres produits chimiques permettront des batteries de type «flow drums» qui pourraient potentiellement dominer le marché du stockage sur le réseau», relève Aanand Venkatramanan à propos d'un ETF qu'il a créé sur ce thème.

Technologie clé pour libérer le potentiel de l'énergie renouvelable

Moins médiatisé que les véhicules électriques mais également soutenu par des initiatives gouvernementales, le stockage d'énergie en réseau est un deuxième débouché pour les batteries utilisées dans les sites d'énergie solaire et éolienne. «Les énergies renouvelables souffrent d'intermittence à cause de l’imprévisibilité de l'intensité du flux de vent et du rayonnement solaire.», explique le spécialiste. Ainsi, si l'électricité excédentaire produite ne peut être stockée (notamment lorsque la demande est inférieure à l'offre) elle sera en grande parti gaspillée. «La plus grande installation de batteries de 250 mégawatts au monde a été achevée aux États-Unis près de San Diego en août, et nous prévoyons que ce record sera battu avec un nouveau projet juste au sud de San Francisco, qui devrait fournir 400 mégawatts de stockage à l'achèvement en 2021», rajoute-t-il.

Lire également les premiers volets de la série «Regard sur le futur»:
L'hydrogène, thème incontournable des années 2020
La discrète révolution du fret ferroviaire Europe-Asie

A lire aussi...