Conséquences du COVID-19 pour l’économie – Swiss Life

Marc Brütsch & Michael Klose, Swiss Life Asset Managers

1 minutes de lecture

Ce chiffre sera sans doute celui que retiendra l’Histoire pour relater la crise du coronavirus: le taux de chômage américain a bondi à 14,7% en avril.

Dernières nouvelles du COVID-19
  • La plupart des pays européens, à l’exception du Royaume-Uni, connaissent toujours un fléchissement ou une stabilisation à un assez bas niveau des nouveaux cas, qui reculent timidement aux Etats-Unis. Plus inquiétant, la Russie constitue un nouveau foyer et l’Iran connaît une nouvelle flambée, annonçant ce qui pourrait se passer si les règles de distanciation sociale sont prises à la légère.
  • Nouveau pic à presque 320'000 tests quotidiens aux Etats-Unis. La multiplication des tests est indispensable au déconfinement mais ce chiffre reste bien inférieur aux préconisations des experts.
  • La quête d’un vaccin n’a jamais été aussi rapide et certains producteurs ont déjà commencé à augmenter préventivement leurs capacités. Malgré cette évolution positive, l’incertitude reste massive et nous redoutons un excès d’optimisme.
Risque de deuxième vague et réactions politiques
  • Les infections pourraient repartir à la hausse à l’heure où de plus en plus de pays se déconfinent.
  • Le maintien des règles de distanciation sociale, des systèmes de santé mieux préparés et les possibilités accrues de traçage réduisent toutefois selon nous les risques de retour d’un confinement strict.
  • La chancelière allemande Angela Merkel et les ministres-présidents des Länder ont annoncé le 6 mai de nouvelles mesures de confinement locales dès l’atteinte de 50 nouveaux cas pour 100'000 habitants en une semaine, un niveau bien plus élevé que pour les mesures précédentes, déjà atteint par seulement quatre Länder sur 16 (graphique). Seuls trois districts remplissent ce critère.
Statistiques économiques

Ce chiffre, publié la semaine dernière, sera sans doute celui que retiendra l’Histoire pour relater la crise du coronavirus: le taux de chômage américain a bondi à 14,7% en avril.

Réaction des marchés financiers
  • Les marchés boursiers ont ignoré les mauvais chiffres de la semaine passée, qui fut agitée mais s’est terminée en hausse. Les emprunts d’Etat et les titres de crédit se sont un peu détendus, à l’exception des obligations de pays et d’entreprises qui profitent de la stabilisation des cours du pétrole.
  • Les marchés financiers anticipent. Leur évolution récente montre que le marché d’actions se focalise sur la reprise qui suivra la levée du confinement partout dans le monde.
  • C’est un pari risqué car les probabilités d’une deuxième vague de contagion restent importantes.
  • Nous restons donc prudents envers les actions et préférons augmenter notre exposition sur certains titres de crédit bien choisis.
Facteurs à surveiller d’ici au 19 mai
  • Sanitaire: les chiffres devront montrer si les nouveaux cas repartent à la hausse en Europe après l’assouplissement des mesures de confinement.
  • Conjoncturels: PIB britannique du premier trimestre le 13 mai, chômage du premier trimestre en France le 14, production industrielle chinoise d’avril et PIB allemand du premier trimestre le 15.
Un prochain seuil de confinement bien plus haut ?

A lire aussi...