Xi Jinping promet un vaccin et des milliards contre le coronavirus

AWP

1 minutes de lecture

Dans un message vidéo transmis à l’OMS à Genève, le président chinois s’est dit favorable à une «évaluation complète» de la réponse mondiale au nouveau coronavirus.

Le président chinois Xi Jinping a promis lundi de partager un éventuel vaccin avec le reste du monde et de consacrer sur deux ans 2 milliards de dollars à la lutte mondiale contre le nouveau coronavirus, apparu dans son pays à la fin de l’an dernier.

Dans un message vidéo transmis à Genève lors de la 73e Assemblée mondiale de la santé, l’homme fort de Pékin s’est par ailleurs dit favorable à une «évaluation complète» de la réponse mondiale au nouveau coronavirus, une fois que l’épidémie aura été enrayée.

L’assemblée de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui se tient en ligne pour la première fois de son histoire, doit discuter d’une résolution présentée par l’Union européenne demandant une «évaluation impartiale, indépendante et complète» de la réponse internationale à la crise du coronavirus.

La Chine, premier pays touché par la maladie COVID-19 à la fin de l’an dernier, est accusée notamment par l’administration du président américain Donald Trump d’avoir tardé à donner l’alerte et à prendre des mesures.

Réfutant ces accusations, M. Xi a assuré que son pays avait «toujours» fait preuve de «transparence» et de «responsabilité» face à l’épidémie, en partageant les informations avec l’OMS et d’autres pays en temps utile.

Soucieux de protéger les Chinois et de faire taire les critiques occidentales sur sa gestion de l’épidémie, Pékin se positionne en acteur incontournable dans la course à un éventuel vaccin contre le nouveau coronavirus.

Le pays encourage instituts publics et compagnies privées à accélérer leurs recherches. Et la Chine a assuré vendredi que cinq vaccins expérimentaux étaient déjà testés sur l’Homme.

Tout vaccin éventuel contre le nouveau coronavirus, mis au point par la Chine, deviendra un «bien public mondial», a promis Xi Jinping.

A lire aussi...