USA: repli des prix mais nette accélération du salaire horaire

AWP

1 minutes de lecture

Plombé par l’essence, l’indice CPI des prix à la consommation est tombé dans le rouge à -0,1% en mars.

Les prix ont légèrement reculé aux Etats-Unis en mars pour la première fois depuis mai 2017, surprenant les analystes, sous l’effet essentiellement de la baisse des prix de l’essence, selon les chiffres du ministère du Travail publiés mercredi.

Le ministère a par ailleurs publié l’évolution du salaire horaire moyen qui a, lui, montré une nette accélération mensuelle à +0,4%, la plus forte en près de deux ans.

L’indice CPI des prix à la consommation est tombé dans le rouge à -0,1% en données corrigées des variations saisonnières par rapport à février où il avait progressé de 0,2%.

Une baisse marquée des prix de l’essence (-4,9%) a plombé l’indice qui, sans les prix énergétiques et de l’alimentation, s’inscrit en hausse de 0,2%, comme s’y attendaient les analystes.

Malgré ce repli mensuel, la hausse de l’indice CPI sur un an parvient en mars au plus haut niveau depuis douze mois à 2,4%. Sans les prix volatils de l’énergie et de l’alimentation, la hausse est de 2,1%, également un sommet depuis février 2017.

L’inflation selon le CPI dépasse ainsi nettement la cible de 2% en glissement annuel de la Réserve fédérale (Fed) mais la Banque centrale prend toutefois davantage en compte l’autre indice -PCE- basé sur les dépenses réelles des consommateurs, dont l’évolution est généralement plus faible que celle du CPI. L’indice des prix CPE basé sur les dépenses de consommation a progressé de 1,8% en glissement annuel en février.

Sur le mois, de nombreux secteurs ont affiché des prix en hausse comme l’alimentation (+0,1%), les loyers (+0,4%), les soins (+0,3%) et les billets d’avions qui, pour le deuxième mois d’affilée, ont grimpé de 0,6%. Les prix de l’habillement, qui avaient progressé les deux mois précédents, sont retombés en revanche de 0,6%.

Le ministère du Travail a également publié le coût du salaire horaire moyen pour mars qui a accéléré après deux mois de repli.

Le salaire horaire, une mesure scrutée par la Fed qui surveille la remontée de l’inflation, a progressé de 0,4%, sa plus forte hausse depuis juillet 2016.
 

A lire aussi...