USA: les grands patrons exhortent le Congrès à adopter un plan de relance

AWP

1 minutes de lecture

Plus de 150 dirigeants, dont David Solomon (Goldman Sachs), appellent à l’adoption d’une loi «immédiate et de grande ampleur pour faire face aux crises sanitaire et économique déclenchées par le COVID-19».

Plusieurs dizaines de patrons des plus grandes entreprises américaines, de Goldman Sachs à Apple en passant par General Motors, ont appelé le Congrès à adopter rapidement un nouveau plan de soutien à l’économie.

Le président Joe Biden plaide depuis des semaines pour l’injection de 1’900 milliards de dollars dans l’économie mais se heurte aux réticences de certains parlementaires.

Dans une lettre adressée mercredi aux responsables démocrates et républicains du Congrès et initiée par l’association Partnership for New York City, plus de 150 dirigeants appellent à l’adoption d’une loi «immédiate et de grande ampleur pour faire face aux crises sanitaire et économique déclenchées par la pandémie de COVID-19».

«Les précédentes mesures de soutien du gouvernement ont été essentielles, mais il faut faire davantage pour permettre au pays de se remettre sur la voie d’une reprise solide et durable», écrivent ses auteurs dont les patrons de Morgan Stanley, James Gorman, de Goldman Sachs, David Solomon, d’Intel, Pat Gelsinger, d’Altice USA, Dexter Goei, de United Airlines, Scott Kirby ou encore de Zoom, Eric Yuan.

Business Roundtable, qui rassemble les plus grandes entreprises du pays, a dans une lettre distincte mardi appelé à «la promulgation rapide d’un plan de sauvetage supplémentaire pour renforcer la réponse du pays en matière de santé publique et pour fournir une assistance ciblée aux personnes en difficultés et aux petites entreprises».

L’organisation patronale, dirigée actuellement par le patron de Walmart Doug McMillon, plaide pour l’adoption dans un second temps d’une législation destinée à «promouvoir une économie plus forte et plus durable à long terme» avec par exemple des investissements dans les infrastructures ou la formation professionnelle.

Alors que Joe Biden a inscrit dans son plan de sauvetage le doublement du salaire minimum à 15 dollars de l’heure d’ici 2025, Business Roundtable estime que «l’augmentation doit être soigneusement soupesée afin de refléter les différences régionales des niveaux de salaire et ne pas nuire à la reprise des petites entreprises».

Les membres du conseil d’administration de l’organisation, dont les patrons d’Apple, Tim Cook, de General Motors, Mary Barra, ou de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, estiment qu’une telle mesure devrait plutôt être débattue en dehors de tout plan d’urgence.

En présentant son plan de 1’900 milliards le 14 janvier, Joe Biden avait indiqué qu’il souhaitait le faire adopter d’ici début février. Il avait aussi indiqué qu’il comptait le compléter par un vaste programme d’investissements pour stimuler à l’avenir une croissance verte et durable.

A lire aussi...