USA: la confiance des consommateurs chute plus que prévu

AWP

1 minutes de lecture

L’indice de l’Université du Michigan a perdu 11,9 points de pourcentage en mars par rapport au mois précédent, pour s’établir à 89,1 points.

La confiance des consommateurs aux Etats-Unis a chuté plus que prévu en mars à cause du nouveau coronavirus, marquant la quatrième baisse la plus importante en un demi-siècle, selon l’estimation finale de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

L’indice a perdu 11,9 points de pourcentage en mars par rapport au mois précédent, pour s’établir à 89,1 points, alors que des millions de personnes se retrouvent au chômage en raison des fermetures de nombreux commerces pour endiguer l’épidémie.

La baisse la plus importante de cet indice remonte à octobre 2008, lors de la grande crise financière (-12,7 points).

Par rapport à mars 2019, la chute est de 9,5 points.

La dégringolade devrait encore s’accélérer en avril: si la confiance se maintient à son niveau actuel, «cela impliquerait une nouvelle baisse proche de 18,2 points en avril», relève Richard Curtin, chef économiste en charge de cette enquête.

Ainsi, la baisse atteindrait plus de 30 points sur mars et avril cumulés, mais elle pourrait être bien plus importante car l’explosion du chômage et la chute du revenu des ménages devraient encore dégrader la confiance des consommateurs.

Cela dépendra, selon Richard Curtin, du niveau de propagation du virus, et «de la rapidité avec laquelle les ménages recevront des fonds pour soulager leurs difficultés financières».

Le Sénat a en effet approuvé un plan d’aide économique «historique», qui comprend des dispositions pour aider les ménages: un chèque de 1200 dollars par personne gagnant moins de 75’000 dollars annuels, et 500 dollars par enfant.

«Pour éviter une récession prolongée, les politiques économiques doivent s’adapter rapidement à une nouvelle ère», a encore estimé Richard Curtin.

Il juge ainsi nécessaire de réorganiser «les priorités en matière de dépenses et d’épargne des consommateurs ainsi que les rôles du secteur public et du secteur privé dans l’économie américaine».

L’économie américaine est déjà entrée en récession selon les économistes, alors que les mesures de confinement destinées à ralentir la propagation du virus ont mis un coup d’arrêt à l’activité du pays, avec des fermetures de restaurants et commerces, ou encore une réduction drastique des liaisons aériennes.

Les nouvelles demandes d’allocations chômage ont explosé la semaine passée, atteignant 3,3 millions, du jamais vu.

A lire aussi...