USA: l’inflation sur un an décélère un peu à 2,2% en août

AWP

1 minutes de lecture

Sans les secteurs volatils de l’alimentation et de l’énergie, l’inflation est restée stable à 2% en glissement annuel, selon l’indice PCE.

L’inflation sur un an aux Etats-Unis a légèrement décéléré à 2,2% en août après 2,3% en juillet qui était un sommet depuis six ans, selon l’indice PCE publié vendredi par le département du Commerce.

Sur le mois, l’indice des prix basé sur les dépenses de consommation, mesure préférée de la Banque centrale (Fed) pour observer l’évolution des prix, a augmenté de 0,1% comme le prévoyaient les analystes.

Sans les secteurs volatils de l’alimentation et de l’énergie, l’inflation est restée stable à 2% en glissement annuel. Elle a stagné sur le mois alors que les analystes misaient sur une modeste hausse de 0,1% des prix hors énergie et alimentation.

Ce léger repli de l’inflation annuel reflète les prévisions de la Banque centrale américaine qui à l’issue d’une réunion cette semaine a révisé en baisse sa projection d’inflation pour l’année prochaine. Alors qu’elle prévoit toujours une hausse des prix de 2,1% cette année, elle mise désormais sur 2% seulement l’année prochaine au lieu de 2,1%.

L’autre mesure de l’inflation, l’indice CPI, publié mi-septembre et qui est généralement supérieur à l’indice PCE, a lui aussi cédé un peu de terrain, à 2,7% pour août sur un an au lieu de 2,9% le mois d’avant.

Le ministère a par ailleurs publié l’évolution des revenus et dépenses des ménages qui de concert ont avancé de 0,3% le mois dernier.

Les analystes misaient sur une hausse un peu supérieure des revenus à 0,4% mais projetaient des dépenses en progression de 0,3%. Le ministère a révisé en baisse l’évolution des dépenses de juillet qui ont finalement augmenté de 0,3% au lieu de 0,4%.

Les dépenses dans les services ont progressé plus vite (+0,4%) que les achats de biens (+0,3%). Les Américains ont un peu ralenti leurs acquisitions de biens durables (-0,1%) tels que les voitures ou les réfrigérateurs. En juillet, les achats de biens durables avaient fortement progressé (0,5%) reflétant sans doute une anticipation des consommateurs, qui craignaient de futures hausses de prix liées aux tarifs douaniers que s’imposent mutuellement Pékin et Washington dans la guerre commerciale.

Les dépenses de biens non-durables sont restées très soutenues comme en juillet (+0,5%).

Le revenu disponible après impôts a progressé de 0,3% comme en juillet.

Le taux d’épargne est tombé à 6,6% alors que celui de juillet a aussi été révisé en baisse à ce niveau. C’est son volume le plus faible depuis huit mois, signe potentiel de la forte confiance des consommateurs dans l’économie actuelle.

A lire aussi...