USA: l’inflation sur un an au plus haut depuis 6 ans

AWP

1 minutes de lecture

La hausse des prix a atteint 2,3% en juillet, selon l’indice PCE, contre 2,2% en mai et en juin.

L’inflation sur un an aux Etats-Unis a grimpé en juillet à son plus haut niveau depuis six ans, à 2,3%, selon l’indice PCE publié jeudi par le département du Commerce.

Elle était de 2,2% en mai et juin.

Sur le mois, l’indice des prix basé sur les dépenses de consommation, mesure préférée de la Banque centrale (Fed) pour observer l’évolution des prix, a augmenté de 0,1%.

Sans les secteurs volatils de l’alimentation et de l’énergie, l’inflation est remontée à 2% en glissement annuel, un niveau déjà atteint en mai, et à 0,2% sur le mois, comme s’y attendaient les analystes.

A 2,3% sur un an, la hausse des prix est la plus forte depuis mars 2012 lorsque l’économie américaine était encore soutenue dans sa reprise par la manne monétaire de la politique ultra-accommodante de la banque centrale.

Cette modeste mais régulière accélération de la hausse des prix va conforter la Fed dans son intention de continuer à relever progressivement les taux d’intérêt.

Sa prochaine réunion monétaire est prévue le 26 septembre et les marchés s’attendent à ce que la banque centrale donne son troisième tour de vis de l’année en relevant d’un quart de point de pourcentage le taux d’intérêt au jour le jour.

L’inflation dite sous-jacente (hors alimentation et énergie) en remontant à 2% sur un an en juillet contre 1,9% en juin, a, pour la troisième fois depuis le début de l’année, touché pile la cible des 2% que la Fed juge favorable pour l’économie.

L’autre mesure de l’inflation, l’indice CPI, publié mi-août et qui est généralement supérieur à l’indice PCE, a grimpé à 2,9% sur un an en juillet.

C’est également un sommet depuis 2012. L’indice CPI se base sur le panier de la ménagère tandis que l’indice PCE, mesure favorite de la Fed, se calcule sur les dépenses réelles des consommateurs.

Le président de la Fed Jerome Powell, critiqué par le président Donald Trump qui ne voit pas d’un bon oeil la remontée des taux, a affirmé la semaine dernière à la conférence des banquiers centraux de Jackson Hole que la Réserve fédérale ferait «tout ce qui est en son pouvoir» pour réagir à une hausse de l’inflation.

A lire aussi...