USA: croissance revue en légère baisse

AWP

2 minutes de lecture

Le PIB des Etats-Unis a avancé de 2,5% au quatrième trimestre, après +3,2% au troisième trimestre. L’administration Trump assure pouvoir doper la croissance au-dessus de 3%.

La croissance américaine a été légèrement révisée en baisse pour le quatrième trimestre comme s’y attendaient les analystes, sans remettre en cause le rythme d’expansion de l’ensemble de 2017, selon les chiffres du département du commerce publiés mercredi.

Le Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a avancé en rythme annuel de 2,5% au quatrième trimestre, après +3,2% au troisième trimestre. La première estimation s’était établie à 2,6%.

Pour l’ensemble de 2017, l’expansion s’établit à 2,3%, mieux qu’en 2016 (+1,5%) mais moins bien qu’en 2015 (+2,9%).

L’administration Trump assure pouvoir doper la croissance du PIB de la première économie mondiale durablement au-dessus de 3%, ce qui a été le cas en rythme annuel aux deuxième et troisième trimestre.

Le nouveau président de la Fed Jerome Powell a reconnu mardi que l’activité de la première économie mondiale avait accéléré depuis décembre. Il a fait référence aux massives réductions d’impôts pour les entreprises, la politique budgétaire étant devenue «plus stimulante».

La révision à la baisse d’un dixième de point au quatrième trimestre s’explique par une très légère réduction de l’estimation des achats de biens durables dont la progression reste très dynamique (+13,8% au lieu de 14,2%), au plus haut depuis 2009.

Les stocks également, dans lesquels les industriels ont puisé plutôt que de les reconstituer, ont également pesé davantage sur le Produit intérieur brut.

Mais dans l’ensemble «le tableau général de la croissance au quatrième trimestre reste le même», affirme le ministère du commerce.

«La révision en baisse ne change pas le fait que l’économie a fini 2017 sur un rythme solide», ont noté les économistes d’Oxford Economics.

«L’orientation de l’activité» pour cette année «est au vert en ce qui concerne les investissements des entreprises», ajoutent-ils. «L’addition du stimulus fiscal, du dollar plus compétitif et de la demande mondiale plus forte vont doper la croissance des investissements des entreprises de 4,7% sur l’ensemble de l’année en 2017 à plus de 6,4% cette année, ce qui serait la plus forte avancée depuis 2014».

Consommation solide

Au dernier trimestre, la consommation (+3,8%) a tiré la croissance, encouragée par les perspectives de baisses d’impôts adoptées par l’administration Trump à la fin de l’année et par l’optimisme de la Bourse. Celle-ci n’a connu des turbulences que début février.

Les ménages ont largement dépensé dans les biens (+7,5%, chiffre révisé en baisse sur la première estimation, ce qui reste la plus forte progression d’achats depuis 7 ans).

Grimpant de 13,8%, les achats de biens durables, du type voitures, télévisions, réfrigérateurs, affichent toujours le rythme le plus fort depuis 9 ans.

Au rang des bonnes nouvelles pour l’administration Trump qui a fait de l’amélioration du commerce un cheval de bataille, les exportations ont augmenté plus qu’estimé (+7,1%) après une morne évolution au trimestre d’avant (+2,1%).

Mais cela ne compense pas la très forte augmentation des importations (+14%), la plus rapide depuis 7 ans.

L’investissement des entreprises a avancé de 6,6%, un peu moins que précédemment évalué, le recul s’expliquant par des investissements moins forts que prévu (+2,4% contre +4,5%) dans le secteur des produits protégés par les droits intellectuels.

Le marché immobilier, qui était tombé dans le rouge les deux trimestres précédents, a repris encore plus de vigueur que prévu (+13%).

Les dépenses publiques ont nettement participé à la croissance, affichant une hausse de 2,9% (contre 3% pour la 1ère estimation), inédite depuis 2015 et tirée par les investissements dans la défense. Ceux-ci ont progressé de 5,6%, la plus forte avancée depuis six ans.

La croissance du dernier trimestre 2017 fera encore l’objet d’une révision qui sera publiée le 28 mars. Les chiffres pour le 1er trimestre 2018 sont eux attendus pour le 27 avril.