TAG Heuer: le site de La Chaux-de-Fonds perd 67 postes

AWP

1 minutes de lecture

Des emplois liés à la vente, aux TIC et au e-commerce seront transférés à Eysins (VD). Le siège de la marque en mains d’LVMH restera dans la Métropole horlogère.

La marque horlogère TAG Heuer, en mains du groupe de luxe français LVMH, prévoit de transférer 67 postes de La Chaux-de-Fonds à Eysins (VD) d’ici à septembre. Le siège social reste dans la Métropole horlogère.

L’entreprise va entrer en discussion avec les employés et les partenaires sociaux. Elle prévoit de transférer des emplois liés à la vente, au marketing, à la technologie de l’information, au commerce en ligne et à la numérisation pour accompagner la croissance, a indiqué mardi la marque, confirmant une information d’Arcinfo.

La production et le siège social de TAG Heuer restent à La Chaux-de-Fonds (NE). La marque emploie actuellement 457 personnes dans la Métropole horlogère.

«Après une période de mise en place de bureaux de passage à Eysins en septembre 2019 pour permettre à certains employés de travailler partiellement depuis des locaux situés sur l’Arc lémanique, il apparaît que cette solution initialement envisagée, doit être renforcée», a ajouté l’entreprise. Ce futur déménagement va permettre aux services concernés d’être plus proches d’un aéroport international.

Reclassement à l’interne

De plus, l’entreprise a expliqué qu’elle pourra recruter plus facilement sur l’Arc lémanique des profils spécifiques liés à la digitalisation notamment. «La dimension de plus en plus internationale de ces postes a nécessité de pouvoir attirer des candidats venant d’autres régions de Suisse et d’Europe et ayant des expériences dans des industries en dehors de l’horlogerie», a précisé la marque.

L’entreprise a expliqué que ce transfert n’a aucun impact en termes d’emploi puisque tous les postes concernés seront maintenus. Pour les personnes qui ne souhaiteraient pas rejoindre cette nouvelle localisation, TAG Heuer va chercher des solutions à l’interne, ainsi qu’au sein du groupe. Des mesures sociales vont être mises sur pied pour accompagner les personnes transférées ainsi que celles qui ne pourraient pas être reclassées à l’interne.