Repli des prix à la production et à l’importation en septembre

AWP

1 minutes de lecture

En glissement annuel, le renchérissement en Suisse a atteint 2,6%, selon le relevé mensuel publié de l’OFS.

L’indice des prix à la production et à l’importation (PPI) en Suisse a subi une contraction au mois de septembre, en raison principalement du recul des prix de la ferraille. Il s’est inscrit à 103,2 points, soit un recul de 0,2% sur un mois, indique lundi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

En glissement annuel, le renchérissement en Suisse a atteint 2,6%, selon le relevé mensuel publié de l’OFS.

«Globalement, la croissance et les investissements sont en train de passer un pic. (...) La pression sur les prix se relâche un peu, notamment sur les prix des métaux», explique à AWP Valérie Lemaigre, cheffe économiste de la Banque cantonale de Genève (BCGE).

L’indice des prix à la production a accusé un recul causé par les prix de la ferraille, mais également les produits semi-finis en métaux. A en croire l’économiste de la BCGE, cela n’a rien à voir avec les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et les restrictions imposées pour l’aluminium et l’acier.

Théoriquement, cela pourrait néanmoins se produire, selon Mme Lemaigre. «La hausse des prix causée par les restrictions ne suffirait pas à compenser la baisse des volumes. In fine, la valeur globale des importations baisserait.»

«Double effet»

Les prix des produits pétroliers, des légumes et des pommes de terre ont pour leur part augmenté. L’indice des prix à la production s’est ainsi replié de 0,2% à 101,1 points par rapport au mois d’août (+1,6% sur un an).

La stabilité a prévalu pour l’indice des prix à l’importation, qui est resté à 107,6 points. La progression a atteint 4,8% par rapport à septembre 2017.

Outre la ferraille, l’OFS a constaté des baisses de prix pour les préparations pharmaceutiques, les véhicules automobiles, les composants de véhicules, les ordinateurs ou encore les textiles. Les produits pétroliers, les hydrocarbures, les légumes et les pommes de terre importé ont également renchéri, précise le communiqué.

«Les prix à l’importation ont dépassé un certain pic, qui correspond à un double effet, prix des métaux et mouvement du franc suisse. Auparavant, sa dépréciation soutenait la hausse», résume Valérie Lemaigre.

L’inflation sous-jacente - ajustée du prix des matières premières, notamment les produits agricoles et pétroliers - a reculé de 0,1%.

La BCGE s’attend à un renchérissement de l’ordre de 1,0% pour 2018 et de 0,8% pour l’année prochaine.

A lire aussi...