Progression à deux chiffres de la rentabilité d’ANZ

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe bancaire australien voit son bénéfice net grimper de 14,2% au premier semestre.

La banque australienne ANZ a annoncé mardi une hausse de 14,2% de son bénéfice net semestriel, en indiquant qu’elle continuait de se recentrer sur son coeur de métier.

L’établissement a publié un bénéfice net de 3,32 milliards de dollars australiens (2,07 milliards d’euros) sur les six mois qui se sont achevés le 31 mars.

Le bénéfice sous-jacent -indice préféré par les banques australiennes, qui exclut les dépréciations et les éléments exceptionnels- a progressé de 4,1% à 3,49 milliards de dollars australiens.

ANZ, comme les autres banques australiennes, doit composer avec une nouvelle réglementation mise en place par le régulateur australien qui accroît le ratio de réserves obligatoires, comme garantie contre les prêts immobiliers et les prêts irrécouvrables.

La banque a choisi de se désengager des marchés asiatiques pour se repositionner sur les marchés australien et néo-zélandais.

ANZ a notamment vendu ses opérations de détail et de gestion de fortune à Singapour, Hong Kong, en Chine, à Taïwan et en Indonésie au groupe de Singapour DBS, pour se concentrer sur son activité vers les entreprises et les clients institutionnels.

Cession de l’assurance-vie à Zurich Insurance

Au cours du semestre sous revue, la banque a bouclé la vente de sa participation dans la Shanghai Rural Commercial Bank et annoncé pour 1,5 milliard de dollars australiens de rachat d’actions.

ANZ a aussi décidé de vendre sa branche assurance-vie à Zurich Insurance pour 2,85 milliards AUD.

Le directeur général Shayne Elliott a affirmé que cette stratégie était payante.

«Nous avons augmenté l’allocation de capital aux secteurs qui réussissent le mieux, poursuivi notre promesse de simplification en sortant des activités n’étant pas au coeur de notre métier, réduit la complexité de nos produits et continué de remodeler notre force de travail pour mieux répondre à une dynamique de marché changeante», a-t-il dit.

L’Australie a officiellement ouvert en février une enquête indépendante demandée de longue date par l’opposition sur les pratiques du secteur bancaire après une série de scandales.

Les quatre grandes banques australiennes -la Commonwealth Bank of Australia (CBA), Westpac, l’ANZ et la NAB- réalisent la plupart du temps des milliards de dollars de bénéfices. Mais elles sont dans la ligne de mire des pouvoirs publics à la suite d’une série d’affaires de fraude présumée aux assurances-vie ou aux prêts immobiliers.

Elles sont soupçonnées d’avoir prodigué des conseils douteux à leurs clients. Elles sont aussi accusées de violations des lois sur le blanchiment d’argent et de manipulation des taux.

ANZ a indiqué que cette enquête coûterait environ 50 millions d’AUD à la banque notamment en frais de représentation juridique.

M. Elliott a dit espérer que les investigations permettent de rétablir la confiance dans le secteur bancaire.

ANZ a maintenu son dividende semestriel à 80 cents par action.