Pas de vague de faillites en Suisse pour l'instant

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Cependant, il n’est pas question de lever l’alerte, car certaines faillites n'ont probablement été que reportées, estime le KOF.

Entre mars et juillet, les faillites d'entreprise ont diminué de 21% en Suisse par rapport à la même période de l'année dernière. Les mesures de soutien prises pendant la crise liée à la pandémie de coronavirus ont sans doute joué un rôle important à cet égard. Cependant, il n’est pas question de lever l’alerte, car certaines faillites n'ont probablement été que reportées. Les faillites ont également augmenté progressivement après les crises économiques précédentes.

La crainte est répandue que la crise liée au covid-19 n'entraîne une vague de faillites d'entreprise en Suisse. Une analyse effectuée par le Centre de recherche conjoncturelle (KOF) en coopération avec Bisnode D&B montre que rien ne suggère actuellement une telle vague de faillites. Au cours des derniers mois, le nombre de faillites d'entreprise n'a pas été sensiblement plus élevé que prévu dans aucune grande région ou secteur économique. Au contraire, entre mars et juillet 2020, il y a eu 21% de faillites en moins qu'à la même période de l'année précédente, et les secteurs du bâtiment et de l’artisanat ont même enregistré 32 % de faillites en moins en moyenne. La récession était certes manifeste dans toutes les grandes régions, mais à des degrés divers. Alors que le nombre de faillites s’est réduit de près de 50% au Tessin, il n'a diminué que de 10% en Suisse centrale.

Le niveau généralement bas des faillites pourrait en partie s’expliquer par les mesures de soutien prises dans le cadre de la crise liée au covid-19 - telles qu'un accès plus facile au chômage partiel, le programme de crédit COVID 19 ou la suspension des poursuites, en vigueur jusqu'au début du mois d'avril. Il n’est toutefois pas question de lever l’alerte, car certaines faillites ont sans doute été simplement ajournées. De plus, après les crises économiques passées, la fréquence des faillites n'a pas non plus augmenté brusquement mais progressivement.

Étonnamment peu de faillites dans les secteurs de l'hôtellerie et des loisirs

Seul le canton du Valais a enregistré un nombre de faillites supérieur à la moyenne en juin et juillet, mais il n'y a pas eu de surmortalité significative. De plus, la crise liée au coronavirus semble provoquer davantage de faillites dans les secteurs du commerce de gros et de détail que dans le reste de l'économie suisse. En revanche, les secteurs de l'hôtellerie et des loisirs ont été peu touchés jusqu'à présent. C’est surprenant, car ces secteurs ont souffert ou souffrent encore gravement des restrictions liées à la pandémie. Mais en même temps, les entreprises de ces secteurs ont fait un usage particulièrement fréquent du programme de crédit COVID 19.

Les chiffres des faillites en Suisse sont généralement très volatils et peuvent être soumis à de fortes fluctuations d'un mois à l'autre. Les chercheurs analysent donc la fréquence des faillites d'entreprises au fil du temps en utilisant le concept de surmortalité. Le système de surveillance des faillites est régulièrement mis à jour.

A lire aussi...