Pékin ne peut espionner les usagers d'Apple selon Tim Cook

AWP

1 minutes de lecture

Les informations sont cryptées et il n’est pas plus facile d’obtenir des données dans un pays plutôt que dans un autre, a insisté Tim Cook.


«Notre défi est de récolter le moins possible de données sur vous. Et quand nous en avons, nous (...) les cryptons», assure le directeur de la marque à la pomme. © Keystone

Tim Cook, a assuré mardi que les autorités chinoises ne pouvaient pas accéder aux données des utilisateurs des services d’Apple, même se le géant informaitque californien dispose de serveurs dans ce pays. Le directeur général de la marque à la pomme répondait aux soupçons exprimés de façon récurrente concernant les groupes technologiques présents en Chine.

«Certains pays, comme la Chine, exigent que les données de leurs citoyens restent en Chine», a observé le dirigeant dans un entretien filmé au site Vice News. De plus, a-t-il expliqué, Pékin demande, «si l’on veut proposer un service de +cloud+ (services et stockage en ligne, NDLR), un permis. Et pour obtenir un permis, il faut être une entreprise (chinoise). Donc nous avons travaillé avec une compagnie chinoise pour proposer iCloud, mais les clés (...) sont à nous».

Tim Cook ajoute que les informations sont de toute façon cryptées et qu’il n’est «pas plus facile d’obtenir des données» dans un pays plutôt que dans un autre. Interrogé sur la récente faille de sécurité révélée par Facebook, Tim Cook en a profité une nouvelle fois pour se poser en champion des données personnelles.

«Notre business n’est pas de construire un profil détaillé de vous», a assuré M. Cook, ajoutant que dès la conception du produit, «notre défi est de récolter le moins possible (de données) sur vous. Et quand nous en avons, nous (...) les cryptons», a-t-il insisté. «Nous ne lisons pas vos messages», a dit encore le patron du fabricant de l’iPhone.

Il a aussi estimé qu’une forme de régulation du secteur, que certains élus et associations appellent de leurs voeux concernant Google ou Facebook, pourrait être nécessaire. «Lorsque l’économie de marché ne produit pas quelque chose de bien pour la société, je pense qu’il faut le reconnaître», dit Tim Cook.

«Je pense qu’un certain niveau de régulation des pouvoirs publics est important», ajoute le dirigeant. A la différence de Facebook ou Google, le modèle économique d’Apple ne repose pas sur la collecte et l’exploitation commerciale des données personnelles de ses utilisateurs. Le groupe vend d’abord des appareils et, de plus en plus, des services qui leurs sont associés (streaming musical, service de paiement, stockage en ligne...).

A lire aussi...