Munich Re soigne l'actionnariat et s’allège de 900 postes

AWP

1 minutes de lecture

«Un tiers de la hausse des bénéfices attendus dans la réassurance d’ici 2020 va être obtenu via des compressions de personnel», a déclaré le président du directoire Joachim Wenning.

Le géant allemand de la réassurance Munich Re va supprimer 900 emplois dans les prochains mois tandis qu’il s’est fixé des objectifs en hausse d’ici 2020 et lancé un programme de rachat d’actions, a-t-il annoncé jeudi.

Environ un tiers de la hausse des bénéfices attendus dans la réassurance d’ici 2020 va être obtenu via des compressions de personnel, a déclaré Joachim Wenning, président du directoire de Munich Re, lors d’une conférence de presse à Munich.

Les deux autres tiers seront dégagés par une hausse du chiffre d’affaires dans la réassurance, qui est son coeur de métier.

«Nous allons réduire d’environ 200 millions d’euros en brut nos dépenses» d’ici 2020 en plaçant l’essentiel de cette réduction sur les suppressions d’effectifs, a ajouté le patron. Le groupe employait fin 2015 plus de 42’000 salariés dans le monde.

Sur les 900 postes prévus en moins, une moitié concerne l’Allemagne, surtout le siège à Munich, l’autre moitié est répartie sur le reste du monde.

En Allemagne, les réductions de postes passeront pour moitié par un plan de départs volontaires, déjà lancé depuis 3 semaines et prévu pour durer 6 mois, et pour moitié via des fluctuations naturelles et diverses mesures de temps partiel, a ajouté M. Wenning.

Bénéfice attendu à plus de 2 milliards

Après une année 2017 éprouvante, le concurrent de Swiss Re, d’Hannover Re et de Scor mise en 2018 sur un bénéfice net entre 2,1 et 2,5 milliards d’euros, a-t-il annoncé plus tôt jeudi. Il prévoyait initialement dégager un bénéfice entre 2 et 2,4 milliards d’euros au titre de l’exercice passé, mais avait dû revoir à la baisse ses ambitions en raison d’une lourde perte liée aux catastrophes naturelles.

Le groupe avait indiqué début février avoir généré l’an dernier un bénéfice net part du groupe de 375 millions d’euros.

«Munich Re est de retour sur la voie de la croissance. Pour 2018, nous visons un excédent légèrement supérieur à l’objectif de bénéfice de l’année écoulée», a déclaré M. Wenning dans un communiqué.

La division réassurance devrait dégager en 2018 un bénéfice d’environ 2,3 milliards d’euros et de plus de 500 millions d’euros pour la branche assurance, avec l’enseigne Ergo.

Munich Re veut par ailleurs utiliser sa position financière confortable pour racheter ses propres actions sur le marché pour un montant maximal d’un milliard d’euros d’ici l’assemblée générale annuelle de 2019, a encore annoncé le groupe de Munich jeudi.

Alors qu’il va rendre de l’argent aux actionnaires, le groupe reste flou quant à ses visées de croissance externe. Des acquisitions «sont absolument dans le domaine du possible», a martelé M. Wenning devant la presse, mais sans être plus concret.

En Bourse, ces annonces profitaient au titre, qui gagnait 1,20% à 184,10 euros vers 11h15 GMT, sur un indice Dax en petite hausse(+0,10%).

 

A lire aussi...