Libra: le SFI réclame une coordination internationale

AWP

1 minutes de lecture

Le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales salue le choix de Genève comme siège de l’organisation.

Le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI) indique lundi avoir adopté une position concernant le projet de création de la monnaie Libra par Facebook. Si le choix de Genève est apprécié, «une coordination au niveau international est indispensable» étant donné la portée du projet.

Pour le SFI, «le choix de Genève comme siège de l’organisation est un signe positif pour la Suisse, en tant que place économique et financière ouverte et novatrice». De tels projets novateurs comportent des chances et des risques, qu’il convient d’appréhender de façon proactive, a-t-il ajouté dans le communiqué paru lundi.

Le dispositif suisse en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme est neutre sur le plan technologique et s’applique aux actifs virtuels.

Les autorités suisses recherchent le dialogue avec les autorités étrangères et participent activement aux travaux d’analyse des «stable coins» (cryptomonnaie conçue de façon à limiter sa volatilité en la rattachant à un panier de devises) dans les organismes compétents, tels que le Conseil de stabilité financière.

Des représentants du SFI et d’autres autorités suisses ont notamment rencontré une délégation parlementaire américaine le 23 août à Berne pour discuter, entre autres, du projet Libra.

Le 10 septembre 2019, le SFI a également reçu la sous-secrétaire américaine au Trésor Sigal Mandelker. Les entretiens ont porté sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ainsi que sur les crypto-monnaies en général.

Le secrétariat rappelle par ailleurs que l’autorité de surveillance des marchés financiers (Finma) a indiqué que le projet tel que prévu serait considéré comme un système de paiement et requerrait une autorisation correspondante.

A lire aussi...