La HEG-FR publie le Global Entrepreneurship Monitor Suisse 2020

Communiqué, Haute école de gestion Fribourg

1 minutes de lecture

Les experts ont évalué positivement la capacité d'adaptation des entrepreneurs face au semi-confinement.

L'équipe GEM Suisse, dirigée par la Haute école de gestion Fribourg HEG-FR, publie le rapport intermédiaire «Diagnosing COVID-19 Impacts on Entrepreneurship», qui met en lumière le comportement entrepreneurial et les mesures de régulation face à la pandémie de COVID-19. 

Pendant la période de détente nationale, de la mi-juin à la mi-juillet 2020, le Global Entrepreneurship Monitor (GEM; www.gemconsortium.org) a mené une enquête auprès de la population (au moins 2’000 personnes) et une enquête d'experts sur le comportement entrepreneurial en Suisse pour la treizième fois consécutive. On a notamment examiné dans quelle mesure la première vague de COVID-19 et le confinement ont affecté la création d’entreprise. 

Changement dans le comportement entrepreneurial (enquête auprès de la population) 

Les effets du semi-confinement au printemps/été 2020 sur le comportement des jeunes entreprises ont été perceptibles dans la mesure où il s’est avéré plus difficile pour les fondateurs d’identifier des opportunités d'affaires et de mettre en oeuvre des projets d'entreprise. Malgré la crise du coronavirus, 7,3% (Entrepreneurial Intentions) de la population adulte en âge de travailler interrogée a toujours l'intention de créer une entreprise dans les trois prochaines années. 

L’identification des opportunités d’affaires («Opportunity Recognition») est passée de 40,6% en 2019 à 26,7% en 2020. Cela s'est accompagné d'une peur accrue de l'échec. Environ un tiers (33,4%) des personnes ayant déclaré avoir identifié des opportunités d'affaires disent que la peur de l'échec les empêche d'agir réellement sur l'opportunité. Bien que la «peur de l'échec» (Fear of Failure) fluctue fortement d'une année à l'autre, elle était encore à son niveau le plus bas de 23,8% l'année dernière. 

Cependant, la crise a apparemment aussi été perçue comme une opportunité. Le taux de création d'entreprises, Total Entrepreneurial Activity (TEA) de 9,24%, n'a été que légèrement inférieur à celui de 2019 (9,77%). La question est toutefois de savoir comment les perspectives de croissance plus faibles des jeunes entrepreneurs en raison de la pandémie de COVID-19 se concrétiseront à l'avenir.

Impact de la pandémie du COVID-19 et du semi-confinement (évaluation par des experts)

Les experts ont évalué positivement la capacité d'adaptation des entrepreneurs. En comparaison internationale, la coopération entre les nouvelles entreprises en expansion et les entreprises établies se révèle tout aussi positive1. Quant aux mesures gouvernementales, elles sont également jugées bonnes par rapport à d'autres pays, ces derniers obtenant toutefois un meilleur résultat en regard de certains aspects. 

La gestion commune de la crise met en évidence la solidarité entre start-up, PME et grandes entreprises. Une valeur de 6,39 est enregistrée pour la Suisse, ce qui est nettement supérieur à la moyenne (5,49) des pays comparés. Elle confirme la thèse selon laquelle, en Suisse, l'importance d'un écosystème entrepreneurial peut être la clé du succès et d'une croissance constante.

 

1 Les troisième et quatrième trimestres de 2020 ont également vu davantage de créations d'entreprises en Suisse.  

A lire aussi...