L’euro au plus bas depuis mi-décembre face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

La monnaie européenne valait 1,1775 dollar vers 21h, contre 1,1795 dollar jeudi soir.

L’euro est descendu vendredi à son plus bas niveau depuis mi-décembre face au dollar après l’annonce d’un programme de gouvernement en Italie qui, s’il ne mentionne pas une sortie de la monnaie unique, tourne le dos à l’austérité.

Vers 19h00 GMT (21h00 heure de Paris), l’euro valait 1,1775 dollar, après avoir touché un nouveau plus bas depuis mi-décembre vers 14h00 GMT à 1,1750 dollar.

La monnaie unique européenne était également en baisse face à la devise japonaise à 130,33 yens, contre 130,65 yens jeudi soir.

Le billet vert reculait également un peu face à la monnaie nipponne à 110,68 yens contre 110,77 yens la veille.

Face à l’euro, «le dollar reste dans une bonne passe grâce d’une part à l’optimisme sur les perspectives de croissance aux Etats-Unis et d’autre part au pessimisme sur tout ce qui se passe en Italie», a avancé Joe Manimbo de Western Union.

L’euro, qui avait entamé la journée en légère hausse face au dollar, a de fait repris son mouvement de baisse entamé depuis un mois après l’annonce d’un programme commun de gouvernement conclu en Italie entre le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite).

S’il n’évoque pas la sortie de l’euro, le projet veut notamment relancer la demande et abandonner l’austérité, ce qui fait craindre aux marchés un possible dérapage budgétaire.

«Cela pourrait affecter la note de crédit du pays auprès des agences de notation, un scénario qui pourrait faire grimper les taux d’emprunt et entraver la croissance», a estimé M. Manimbo.

«Il sera intéressant de voir si les mesures de relance jouent sur la décision de la Banque centrale européenne concernant son programme de rachat d’actifs (qu’elle a prévu d’interrompre avant la fin de l’année)», ont jugé les analystes de Deutsche Bank avant la publication du programme.

«Continuer plus longtemps pourrait être perçu comme populiste mais l’arrêter à ce stade pourrait créer plus d’instabilité en Italie», ont-ils poursuivi.

Outre-Atlantique, le dollar restait soutenu par la hausse récente des rendements sur les emprunts à 10 ans du Trésor, montés dans la nuit jusqu’à 3,126%, un niveau inédit depuis 2011.

Les marchés restaient également attentifs aux discussions entre les Etats-Unis et la Chine, à moins d’une semaine de possibles sanctions américaines sur les marchandises en provenance du géant asiatique.

Pour les séances à venir, sauf gros événement imprévu, «le calendrier léger en indicateur la semaine prochaine ne devrait pas causer de renversement majeur de la tendance du dollar», a avancé Fawad Razaqzada de Forex.com.

Parmi les éléments à surveiller figurent selon lui les indicateurs sur l’activité manufacturière et des services en zone euro, les chiffres sur l’inflation et les ventes au détail au Royaume-Uni ainsi que les comptes-rendus des dernières réunions des banques centrales américaine et européenne.

Vers 19h00 GMT, l’or valait 1.293,92 dollars, contre 1.290,74 dollars jeudi à 21h00 GMT. La veille, il avait touché un plus bas depuis le début de l’année à 1.285,17 dollars.

Le bitcoin valait 8.217,39 dollars, contre 8.204,04 dollars jeudi soir, selon des chiffres compilés par le fournisseur de données financières Bloomberg.

La monnaie chinoise a terminé à 6,3800 yuans pour un dollar, contre 6,3672 yuans pour un dollar jeudi à 15h30 GMT.

A lire aussi...