Ankara critique la décision de priver la Turquie de statut commercial privilégié

AWP

1 minutes de lecture

«Cette décision aura un impact négatif sur les petites et moyennes entreprises américaines», a déclaré la ministre turque du Commerce Ruhsar Pekcan.

La Turquie a estimé mardi que la décision prise par les Etats-Unis de la priver d’un statut commercial privilégié était en contradiction avec l’objectif affiché par les deux pays d’augmenter leurs échanges et portait préjudice aux entreprises américaines.

«Cette décision contrevient à notre objectif mutuel d’atteindre un volume commercial de 75 milliards de dollars (...) et aura en outre un impact négatif sur les petites et moyennes entreprises américaines», a déclaré la ministre turque du Commerce Ruhsar Pekcan.

«Nous voulons toujours poursuivre notre objectif qui est d’augmenter notre commerce bilatéral avec les Etats-Unis que nous voyons comme un partenaire stratégique», a ajouté la ministre sur Twitter.

Le bureau du représentant américain au Commerce (USTR) a annoncé lundi qu’il allait, à la demande de Donald Trump, mettre fin au statut accordé à la Turquie et à l’Inde de pays en développement bénéficiant du Système généralisé de préférences (SGP).

Ce programme permet à des pays en développement de faire entrer sur le sol américain certains produits sans barrière douanière s’ils respectent une série de critères établis par les Etats-Unis.

S’agissant de la Turquie, l’administration américaine justifie sa décision en arguant que ce pays a atteint un niveau de développement économique qui ne le rend plus éligible à un accès préférentiel au marché américain.

Mais cette mesure survient alors que les relations entre la Turquie et les Etats-Unis sont cahoteuses. Les deux pays ont notamment traversé une crise diplomatique l’été dernier, imposant des taxes douanières de façon réciproque.

C’est dans ce contexte que l’USTR avait lancé en août un examen de l’éligibilité de la Turquie au programme SGP, qui a abouti à la décision lundi.

Les Etats-Unis ont importé 1,66 milliard de dollars de produits turcs via le programme SGP en 2017, soit 17,7% du total des importations américaines en provenance de ce pays, notamment des véhicules, des composants d’automobiles, et des métaux précieux, selon l’USTR.

La sortie de l’Inde et de la Turquie du statut préférentiel américain ne prendra effet qu’au moins 60 jours après la notification adressée au Congrès américain ainsi qu’aux gouvernements indien et turc, a indiqué l’USTR.

A lire aussi...