Alcon pénalisé en Bourse après une nouvelle perte trimestrielle

AWP

1 minutes de lecture

Les analystes ont fraîchement accueilli une performance largement attendue. L’ampleur des frais exceptionnels a toutefois surpris.

L’action Alcon n’a pas eu la faveur des investisseurs mercredi à la Bourse suisse. Le géant des dispositifs ophtalmiques a essuyé une nouvelle perte opérationnelle au troisième trimestre, son second partiel en indépendant depuis sa séparation de Novartis. Le déficit s’est néanmoins atténué.

Après avoir passé l’ensemble de la séance dans le rouge, le titre Alcon a terminé la journée en baisse de 2,1% à 57,08 francs, à contre-courant d’un indice vedette SMI en hausse de 0,19%.

Les analystes ont fraîchement accueilli une performance largement attendue, quoi que légèrement supérieure à leurs pronostics en matière de croissance. L’ampleur des frais exceptionnels a par contre surpris.

Le chiffre d’affaires d’Alcon a augmenté de 4% à 1,84 milliard de dollars (quasiment autant en francs) pendant la période sous revue. Au niveau opérationnel, la société a réduit sa perte à 18 millions, après un résultat négatif de 284 millions au 3e trimestre 2018. La profitabilité a été grevée par des amortissements élevés et les frais résultants de la séparation de Novartis.

La perte nette trimestrielle s’est établie à 66 millions de dollars, après -207 millions il y a un an.

Coûts de restructuration plus élevés

Alcon a aussi confirmé ses objectifs à moyen terme, avertissant toutefois que la performance devrait être grevée plus fortement que prévu par les frais de séparation du groupe pharmaceutique bâlois. Concrètement, les charges sont désormais estimées à 500 millions de dollars, contre 300 millions jusqu’ici.

Le programme de restructuration et des frais de scission plus élevés qu’escompté trahissent une phase de transition persistante, a noté Vontobel dans un commentaire, prévenant que de nouveaux soubresauts étaient à prévoir.

La banque zurichoise a souligné que même le seuil de la fourchette de rentabilité avancée par la direction pour l’année en cours n’était pas garanti, le dernier partiel étant souvent teinté d’une saisonnalité défavorable. La recommandation «reduce» demeure de mise, comme l’objectif de cours de 51,0 francs.

Goldman Sachs a de son côté préféré voir dans l’atténuation de la perte opérationnelle un signe «encourageant», mais a reconnu que la performance demeurait contrastée. Le géant bancaire américain a conservé sa recommandation d’achat assortie d’un objectif de cours de 66 francs, dans l’attente d’une conférence téléphonique avec la direction dans l’après-midi.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a souligné que si le nouveau programme d’économies doit permettre d’épargner annuellement quelque 300 millions, les frais d’autonomisation d’un demi-milliard de francs s’inscrivent 200 millions au-delà de ses projections.

A lire aussi...