Affaire des changes: six banques à nouveau visées à Londres

AWP

1 minutes de lecture

Une plainte en nom collectif cherche à obtenir des compensations et à défendre les intérêts de milliers de participants au marché des changes.

Six grandes banques internationales, dont Barclays, RBS et JPMorgan, sont visées par une nouvelle action collective au Royaume-Uni pour manipulation du marché des changes, a annoncé mercredi le cabinet d’avocats Hausfeld.

Ce cabinet international annonce dans un communiqué avoir déposé ce jour auprès du Competition Appeal Tribunal de Londres, une instance dédiée aux différends économiques, une plainte au civil contre les banques britanniques Barclays et RBS, les américaines Citigroup et JPMorgan, la suisse UBS et la japonaise MUFG.

Cette plainte en nom collectif cherche à obtenir des compensations et à défendre les intérêts de milliers de participants au marché des changes, qu’ils soient investisseurs institutionnels, fonds de pension, multinationales et particuliers.

Hausfeld estime que ces banques se sont livrées à une manipulation concertée du marché des changes entre 2007 et 2013.

Il s’agit de la seconde action collective lancée dans cette affaire au Royaume-Uni après celle ouverte en juillet dernier par le cabinet d’avocats Scott+Scott, contre les mêmes banques à l’exception de MUFG.

Ces procédures font suite aux amendes infligées mi-mai par l’Union européenne à ces banques dont MUFG et sauf UBS, pour un montant total de 1,07 milliard d’euros pour des ententes entre leurs courtiers sur des opérations de changes entre 2007 et 2013.

Les courtiers de la banque suisse UBS étaient également impliqués mais cet établissement a dénoncé leurs agissements auprès de la Commission européenne et n’a pas eu à payer d’amende.

Les pénalités financières imposées par l’UE «ne devraient pas être une fin en soi», souligne Phil Evans, qui porte l’action de groupe lancée par Hausfeld.

«Les amendes ne sont pas destinées à ceux qui ont été affectés par les ententes. Avec cette action, nous voulons demander des comptes aux banques et obtenir une compensation pour les clients», selon lui.

Hausfeld et Scott+Scott travaillent par ailleurs ensemble dans une action en nom collectif aux Etats-Unis, toujours pour manipulation du marchés des changes. Ils ont récupéré 2,3 milliards de dollars de compensation pour les investisseurs américains auprès de 15 grandes banques.