Tokyo finit en mini-hausse avant un sommet américano-japonais

AWP

1 minutes de lecture

L’indice vedette Nikkei a gagné 0,14% à 29.683,37 points (-0,28% sur la semaine écoulée) et l’indice élargi Topix a quasiment stagné (+0,09% à 1.960,87 points).

La Bourse de Tokyo a terminé vendredi en petite hausse avant la première rencontre en tête-à-tête entre Joe Biden et le Premier ministre japonais Yoshihide Suga à Washington, tandis que la Chine a signé une croissance record au premier trimestre.

L’indice vedette Nikkei a gagné 0,14% à 29.683,37 points (-0,28% sur la semaine écoulée) et l’indice élargi Topix a quasiment stagné (+0,09% à 1.960,87 points).

Les records de la veille à Wall Street après de bons résultats d’entreprises et indicateurs américains ont soutenu le marché tokyoïte, comme les attentes autour du sommet Biden-Suga, où il devrait beaucoup être question des tensions géopolitiques avec la Chine, mais aussi des vaccins contre le Covid-19 et d’une réponse commune face à la pénurie mondiale de semi-conducteurs.

Cependant les gains à Tokyo ont été freinés par la situation sanitaire au Japon, qui continue d’empirer.

Plus de 4.000 nouveaux cas quotidiens de Covid-19 ont été recensés jeudi dans le pays pour un deuxième jour d’affilée, et le gouvernement devrait valider vendredi un retour de restrictions dans quatre départements supplémentaires, ce qui porterait à 10 le total de départements concernés par ces mesures (dont déjà ceux de Tokyo et d’Osaka).

En Chine, le PIB a bondi de 18,3% sur un an au premier trimestre, une croissance record mais à relativiser étant donné la paralysie de l’économie du pays un an plus tôt à cause du Covid-19.

Les Bourses chinoises étaient ainsi bien orientées vendredi, mais sans euphorie. A Hong Kong l’indice Hang Seng gagnait ainsi 0,83% vers 06H15 GMT.

Du côté des valeurs

TOSHIBA CONTRE L’OFFRE DE CVC?

L’action Toshiba a plongé de 6,02% à 4.600 yens. Le conglomérat industriel et technologique, qui a éjecté mercredi son directeur général, envisage de s’opposer à l’offre de rachat de CVC Capital Partners, a affirmé l’agence de presse japonaise Kyodo en citant des sources proches du dossier.

Toshiba a cependant démenti vendredi avoir pris une telle décision, rappelant dans un communiqué boursier que l’offre de CVC était toujours à un stade précoce, et qu’il était par conséquent «impossible» à l’heure actuelle pour le groupe de se prononcer sur le sujet.

Révélée la semaine dernière, l’offre de CVC valoriserait Toshiba environ 21 milliards de dollars. D’autres sociétés de capital-investissement dont l’américain KKR pourraient faire des propositions concurrentes, selon la presse.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen baissait légèrement face au dollar, à raison d’un dollar pour 108,85 yens vers 06h40 GMT contre 108,76 yens jeudi à 21h00 GMT.

La monnaie nippone variait peu vis-à-vis de l’euro, qui valait 130,23 yens contre 130,16 yens la veille.

L’euro était stable à 1,1965 dollar, contre 1,1967 dollar jeudi à 21h00 GMT.

Aidés par le PIB chinois, les prix du pétrole continuaient d’avancer vendredi après avoir atteint jeudi leurs plus hauts niveaux depuis un mois. Vers 06h30 GMT le cours du baril américain de WTI prenait 0,44% à 63,74 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord gagnait 0,43% à 67,23 dollars.

A lire aussi...