Stabilité du marché de la dette en zone euro

AWP

1 minutes de lecture

Seul le taux d’emprunt à dix ans de la France s’est légèrement tendu, passant au-dessus de 1%.

Le marché de la dette en zone euro s’est stabilisé jeudi, les investisseurs retrouvant goût pour les actifs risqués au lendemain de la publication de chiffres de l’inflation américaine.

L’indice des prix à la consommation a progressé de 0,5% par rapport à décembre, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,4%.

Ces chiffres ont fait monter le marché obligataire américain, sans toutefois mettre le feu aux poudres, contrairement aux craintes des investisseurs.

Ce jeudi, le marché en zone euro s’est d’abord tendu «un peu en sympathie avec les Etats-Unis, où le taux à 10 ans a touché 2,93% dans la matinée», explique à l’AFP Antoine Lesné, responsable stratégie et recherche chez SPDR ETF (filiale de State Street Global Advisors).

«La tension aujourd’hui reste légère et les chiffres de l’inflation ne sont pas encore si inquiétants. Cela reste très modéré», souligne M. Lesné.

Sans se préoccuper outre mesure, les investisseurs, contrairement à la semaine précédente, ont donc choisi de se repositionner sur les marchés actions, qui ont terminé en nette hausse en Europe, et évoluaient également dans le vert à Wall Street.

«Il y a un léger arbitrage sur les actions», observe ainsi M. Lesné, qui remarque que «les marchés actions semblent s’habituer à la remontée des rendements américains».

De leur côté, les rendements obligataires n’ont guère évolué, revenant même à leur point de départ en fin de journée.

Et les nombreux indicateurs du jour ont peu changé la donne. Les prix à la production aux Etats-Unis, qui avaient stagné en décembre, ont rebondi en janvier conformément aux prévisions, tandis que l’activité manufacturière de la région de Philadelphie s’est inscrite en hausse en février.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne s’est stabilisé à 0,764%, contre 0,757% mercredi, à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France s’est légèrement tendu, à 1,008% contre 0,995%.

Celui de l’Italie n’a pas bougé, demeurant à 2,065%, tout comme celui de l’Espagne à 1,507% contre 1,514%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique a grimpé à 1,646% contre 1,640%.

A la fermeture des marchés européens, le taux d’emprunt à 10 ans des États-Unis montait à 2,882%, contre 2,902% mercredi, après avoir atteint en séance 2,942%, son plus haut niveau depuis janvier 2014. Le taux à 30 ans s’établissait à 3,129% contre 3,162%, et celui à deux ans à 2,172%, contre 2,164%.

 

A lire aussi...