Peu d'évolution sur le marché de la dette

AWP

1 minutes de lecture

Des propos jugés accommodants de Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, ont permis d’enrayer un peu la tension des dernières semaines. Ce dernier a ainsi déclaré ce mercredi qu’il existait un large accord au sein de la BCE en faveur du programme de rachats d’actifs

Les taux d’emprunt en zone euro ont peu évolué mercredi pour une séance de répit, le marché reprenant son souffle après des chiffres de l’inflation européenne en léger ralenti.

Le taux d’inflation annuel de la région s’est en effet affiché à 1,3% en janvier contre 1,4% le mois précédent, un chiffre conforme aux attentes des analystes, mais qui reste éloigné de la cible des 2,0% souhaitée par la Banque centrale européenne (BCE).

«Cette baisse était attendue en raison d’effets de base négatifs», souligne à l’AFP Cyril Regnat, un stratégiste obligataire de Natixis. Toutefois, note-t-il, bien que technique, ce ralenti «vient soutenir un peu les marchés», qui ont enregistré une forte hausse depuis fin décembre.

En outre, des propos jugés accommodants de Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, ont permis d’enrayer un peu la tension des dernières semaines.

Ce dernier a ainsi déclaré ce mercredi qu’il existait un large accord au sein de la BCE en faveur du programme de rachats d’actifs, puisque la cible en termes d’inflation n’était pas encore atteinte, rapporte l’agence d’informations Bloomberg.

Toutefois, les investisseurs sont restés prudents avant de connaître les conclusions de la Réserve fédérale américaine, qui achève ce mercredi soir sa réunion de politique monétaire par la publication d’un communiqué.

Un statu quo en termes de politique monétaire est attendu, mais les investisseurs seront attentifs au vocabulaire du communiqué sur la croissance, l’impact du stimulus fiscal et l’inflation. En effet, les Etats-Unis continuent de publier des données macroéconomiques de bonne facture, ce qui pourrait amener la Fed à accélérer le rythme de ses hausses de taux.

Ces inquiétudes pesaient un peu sur le marché. Ainsi, après être resté stable une bonne partie de la séance, le rendement du taux d’emprunt américain à dix ans s’est un peu tendu en fin de séance pour retrouver ses plus hauts niveaux depuis juin 2014.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne s’est très légèrement tendu à 0,697% contre 0,683% mardi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France est demeuré presque stable à 0,968% contre 0,963%, tout comme le taux à dix ans de l’Italie, stabilisé à 2,029% contre 2,030%.

Celui de l’Espagne a fini en petite tension à 1,427% contre 1,409%.

En dehors de la zone euro, le taux britannique s’est apprécié à 1,510% contre 1,460%.

A la fermeture des marchés européens, le taux d’emprunt à 10 ans des États-Unis se tendait à 2,739% contre 2,720% mardi, tandis que celui à 30 ans montait à 2,978% contre 2,969% et que celui à deux ans s’établissait à 2,145%, contre 2,124%.