L'environnement reste positif selon Bruellan

Florian Marini, Bruellan

1 minutes de lecture

L'anticipation d'inflation s'accentue et les taux d’intérêts ont commencé à augmenter parce que l'économie est forte et en accélération.

Après un très bon début d'année, les marchés actions connaissent une forte correction baissière. Le S&P 500 (indice actions américaines) a chuté de -4% hier, la pire performance sur une journée depuis juin 2016. Cette correction s’est étendue à l'ensemble des marchés actions et les médias commencent à parler du prochain krach boursier.

La modification des anticipations d'inflation et la hausse des taux d'intérêt (les rendements obligataires US à 10 ans sont passés de 2% en septembre à 2,8%) pourrait être l'excuse de cette phases de prise de bénéfices, mais les fondamentaux demeurent très sains.

Le changement des anticipations d'inflation et les taux d’intérêts ont commencé à augmenter parce que l'économie est forte et en accélération. Les prévisions du PIB mondial pour 2018 ont été révisées à la hausse au cours des 12 derniers mois, passant de 3,4% à 3,7%.

La saison des résultats Q4 2017 n'est pas terminée mais, jusqu'à présent, les résultats sont très positifs dans toutes les régions. Le chiffre d'affaires trimestriel croît entre 7 à 8% et la croissance des bénéfices est à deux chiffres aux Etats-Unis, en Europe, au Japon et en Asie hors Japon. La plupart des sociétés révisent, d’ailleurs, leurs prévisions bénéficiaires à la hausse pour 2018. La croissance des bénéfices pour 2018 pour le MSCI World a été révisée de 11% (en janvier 2017) à 13,3% aujourd'hui.

En conclusion, alors que la correction boursière est forte et que les médias sont alarmants, cette correction s’inscrit dans un environnement qui reste positif.