Zug Estate, dopé aux ventes d’appartements, choie ses actionnaires

AWP

1 minutes de lecture

En plus d’un dividende ordinaire agrémenté de 3 francs à 31 francs par action, le conseil d’administration du groupe zougois offrira un pécule additionnel de 13 francs par titre.

Au terme d’une année faste sur le plan des ventes de propriétés par étage, la société immobilière Zug Estates prévoit d’étoffer la rémunération de ses actionnaires. En plus d’un dividende ordinaire agrémenté de trois francs à 31 francs par action, le conseil d’administration du groupe zougois offrira un pécule additionnel de 13 francs par titre.

La rémunération exceptionnelle représente une contribution pour la cession de propriétés dans la tour Aglaya, pour un peu plus de 40 millions de francs, précise le compte-rendu annuel diffusé vendredi.

Les recettes opérationnelles ont bondi de 70% à 120,4 millions de francs, tandis que les dépenses ont été multipliées par plus de deux à 66,9 millions. Le produit des cessions de propriétés, inexistant en 2018, s’est établi à près de 100 millions.

Le produit des immeubles a progressé de 7,4% à 54,5 millions de francs. Hors effets de revalorisation et effets non récurrents, le gain net s’est enrobé de près de 10% à 31,4 millions. Les nombreux facteurs exceptionnels ont catapulté le bénéfice net de plus de 95% à 76,0 millions.

La performance ajustée correspond peu ou prou aux prévisions des analystes consultés par AWP, qui articulaient en moyenne un produit des immeubles de 54,9 millions de francs et un bénéfice net de 33,6 millions. L’impact positif des effets non récurrents par contre avait été largement sous-évalué. La rémunération ordinaire des actionnaires était attendue autour de 30 francs.

Dynamique maintenue

La direction anticipe pour l’année en cours une accélération non chiffrée des revenus locatifs. Les recettes opérationnelles devraient à nouveau profiter de la mise en vente d’une seconde tranche du projet Aglaya. Le président Beat Schwab a promis en conférence de bilan un nouveau dividende exceptionnel au titre de 2020, dont le montant devra être défini en début d’année prochaine.

En plus de l’apport exceptionnel lié au projet Aglaya, Zug Estates est parvenu à améliorer sa performance opérationnelle, salue la Banque cantonale de Zurich (ZKB) dans un commentaire. L’établissement zurichois aurait néanmoins souhaité des précisions sur le processus de succession à la tête de l’entreprise, le directeur général Tobias Achermann ayant annoncé son retrait à l’issue de l’assemblée générale 2020.

Plus critique, Vontobel anticipe que même en intégrant un nouveau dividende spécial, la rémunération des actionnaires de Zug Estates demeurera inférieure à celle de ses pairs.

A 12h59, la nominative Zug Estates s’appréciait de 1,3% à 2330 francs, à contre-courant d’un SPI en chute de 3,6%.

A lire aussi...