USA: les ventes de logements anciens ont chuté de 8,5% en mars

AWP

1 minutes de lecture

Au total, 5,27 millions de maisons et appartements déjà construits ont été revendus aux Etats-Unis en mars, moins que les 5,35 millions attendus par les analystes.

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont chuté de 8,5% en mars par rapport à février, en raison de la crise du COVID 19, mais le niveau reste élevé, selon les données de l’Association nationale des agents immobiliers américains (NAR) publiées mardi.

Au total, 5,27 millions de maisons et appartements déjà construits ont été revendus aux Etats-Unis en mars, moins que les 5,35 millions attendus par les analystes.

«Malheureusement, nous savions que les ventes de maison diminueraient en mars en raison de l’épidémie de coronavirus», a souligné Lawrence Yun, économiste en chef de NAR, cité dans le communiqué.

En février, les ventes avaient augmenté, se hissant même à leur plus haut niveau depuis février 2007, avec 5,77 millions de biens vendus.

Bien qu’en forte baisse, le niveau des ventes enregistré en mars reste légèrement supérieur à celui de l’an passé, puisque 5,23 millions de maisons et appartements avaient été vendus en mars 2019.

La NAR s’attend à ce que les ventes continuent à chuter dans les mois à venir, tandis que les prix devraient continuer à grimper.

Le prix median d’une maison ou d’un appartement déjà construit était de 280.600 dollars, 8% de plus qu’à la même époque l’an passé.

Par ailleurs, un million et demi de biens attendaient de trouver preneur à la fin du mois de mars, soit 2,7% de plus qu’à la fin du mois de février, mais 10,2% de moins qu’à la fin du mois de mars 2019.

«En début d’année, nous avions vu les stocks augmenter progressivement, mais avec la mise en place des mesures de confinement, il y a moins de biens en vente, ce qui limitera les choix des acheteurs», a précisé Lawrence Yun.

«Les fermetures (liées aux mesures de confinement) à partir de la mi-mars n’ont eu qu’un effet limité sur ces chiffres, mais l’impact sera beaucoup plus important en avril», alerte Ian Shepherdson, chef économiste de Pantheon Macroeconomics.

Il estime néanmoins que «de nombreuses transactions ont été reportées plutôt qu’annulées - les maisons ne sont généralement pas des achats impulsifs - mais le nombre d’acheteurs potentiels s’est réduit à mesure que les emplois se sont évaporés».

En quatre semaines, plus de 22 millions d’Américains se sont inscrits au chômage.

A lire aussi...