Cinq questions sur l’immobilier européen

Salima Barragan

1 minutes de lecture

Dans l'attente du resserrement monétaire de la Banque centrale, est-il toujours opportun d’investir sur le marché immobilier européen?


©Keystone

Intuitivement, hausses des taux d’intérêt et placements immobiliers ne font pas bon ménage. D’innombrables corrections immobilières sont survenues lors d’envolées des taux. Lors des premiers tour de vis attendus dès l’été 2019, quel sera le comportement de cette classe d’actif? 

Pour les investisseurs, le point clef sera d’anticiper leurs répercussions à la lumière du contexte macro-économique. Des hausses graduelles, parce que l’économie est en croissance, sont une chose. Mais celles, inattendues et brutales, sur fond d’excès du crédit, peuvent être très dommageables. 

Alors que les marchés actions arrivent à bout de souffle, les diverses stratégies dans l’immobilier affichent un rendement annualisé moyen de 9%. Aussi, leur corrélation ordinaire (c’est-à-dire hors des situations extrêmes où toutes les classes d’actifs baissent à l’unisson), est d’environ 0,5. De quoi diversifier les portefeuilles.

Ainsi, pour faire un état des lieux, Allnews a posé 5 questions aux experts du secteur: 

  • Où nous situons-nous sur le cycle - ou les cycles - de l’immobilier européen?
  • Quels sont les marchés les plus dynamiques?
  • Quel sera l’impact des futures hausses de taux d’intérêts?
  • Sur quels marchés et comment investissez-vous?
  • Comment voyez-vous le marché immobilier évoluer pour ces prochaines années?

Paul Stewart, directeur de la recherche européenne et Jorge Duarte, directeur de fonds immobilier cher Barings ainsi que Olivier Hertoghe, gérant senior chez Degroof Petercam Asset nous ont fourni leurs réponses.

Degrood Petercam: «Nous investissons de façon indirecte dans des REITS»
Baring: «Nous nous concentrons sur le segment de la logistique»
 

A lire aussi...