SEQUOIA: partenariat avec Performance Watcher

Communiqué, Performance Watcher & SEQUOIA

1 minutes de lecture

En ajoutant Performance Watcher à son assemblage de services, SEQUOIA, dirigée par Pierre-Noël Formigé souhaite étendre les solutions mises à la disposition des gérants qu’il accueille.

La plateforme SEQUOIA, dirigée par Pierre-Noël Formigé, participera désormais à la communauté Performance Watcher, développée à Morges par Investment by Objectives, la société de Nicholas Hochstadter. En tant que membres de la plateforme SEQUOIA, les gérants pourront donc exploiter les fonctionnalités de Performance Watcher, application en réseau qui permet d’évaluer et suivre les rendements de portefeuilles multiples, en les ajustant aux budgets de risque. Performance Watcher offre en effet aux gérants la possibilité, en respectant leur anonymat, de comparer leurs performances avec celles de leurs pairs, dès lors qu’ils évoluent dans des styles de gestion identiques. Performance Watcher totalise à ce jour plus de 30 milliards de francs pour 900 utilisateurs et 13'000 portefeuilles.

En ajoutant Performance Watcher à son assemblage de services à la carte, Pierre-Noël souhaite en premier lieu étendre les solutions mises à la disposition des gérants qu’il accueille. La plateforme SEQUOIA leur propose un important soutien administratif et opérationnel grâce auquel ils peuvent se concentrer sur leur cœur de métier: la gestion. «Entre nouvelles technologies et nouvelles réglementations, l’environnement dans lequel les gérants évoluent n’en finit pas de se transformer, souligne Pierre-Noël Formigé. Avec le développement des fintechs, ils ont de plus en plus d’outils à leur disposition avec des interfaces clients très fluides. Et ils sont de plus amenés à se fondre dans différents écosystèmes comme le nôtre pour y multiplier les partenariats. Ces développements nous ont d’ailleurs permis de doubler nos actifs cette année. Je suis donc très heureux que nous puissions nous ouvrir un peu plus avec l’arrivée de Performance Watcher qui s’inscrit parfaitement dans cette mouvance».

«En deux ans, nos encours ont également beaucoup progressé, précise pour sa part Nicholas Hochstadter. Ils ont triplé et nous voyons donc bien que les gestionnaires de portefeuille ont une approche beaucoup plus constructive à l’égard des fintechs ou des wealthtechs. Ils comprennent mieux aujourd’hui tout l’intérêt à collaborer avec elles. Les fintechs leur ouvrent en effet de nouvelles voies de communication, et elles génèrent en parallèle d’importantes remontées d’information qui permettent au final une bien meilleure gestion de la relation client, centrée sur la qualité de service et la confiance. Ce sont là les domaines où les gérants doivent aujourd’hui générer la plus forte valeur ajoutée».

A lire aussi...