Le réassureur Scor commence bien l’année

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe français dirigé par Denis Kessler dépasse les attentes au premier trimestre.

Le réassureur français Scor a annoncé jeudi une nette hausse de son bénéfice au premier trimestre, entamant 2018 de bon pied grâce à une activité solide dans l’assurance vie comme dans l’assurance dommage.

Entre janvier et mars, le groupe, dont l’activité consiste à assurer les assureurs, a fait progresser son bénéfice net de 18,6% par rapport à la même époque de 2017, à 166 millions d’euros, soit un peu mieux que ce que prévoyaient les analystes, selon un consensus compilé par le fournisseur de données Facset.

Ses revenus - qualifiés de «primes brutes émises» - ont avancé de 0,9% à 3,8 milliards d’euros, cette fois très légèrement en-dessous des attentes. Mais, sans tenir compte des effets de changes, ils témoignent d’une activité en bonne forme avec une hausse de plus de 10%.

Le réassureur, qui tiendra son assemblée générale jeudi dans la foulée de ces annonces, a d’abord expliqué ces performances par «un approfondissement rentable de son fonds de commerce».

En début d’année, Scor avait déjà annoncé une progression du montant global des primes sur ses contrats en dommages et responsabilité à l’occasion des renouvellements annuels, un indicateur scruté de près dans la réassurance, à l’aide notamment de tarifs plus élevés.

De plus, la rentabilité de ces activités a nettement progressé: le ratio combiné, qui représente le rapport entre les primes reçues et les réparations versées a reculé à un peu moins de 92%. Plus cet indicateur baisse, meilleure est la rentabilité.

Parallèlement à cette branche, les résultats publiés jeudi témoignent aussi d’une croissance de l’activité dans la réassurance vie: soutenus par son développement en Asie, les revenus y progressent de 5%, même si le groupe prévient que cette hausse va se «normaliser» cette année.

Scor, qui se dit en bonne voie pour ses objectifs fixés à la mi-2019, a en revanche subi une nette baisse de ses fonds propres, de quasiment 10%.

Il a, par ailleurs, donné des détails sur les conséquences de la réforme fiscale imprimée par le président américain Donald Trump: Scor prévoit d’inscrire une charge au second trimestre.