JPMorgan Chase: bénéfice net meilleur que prévu

AWP

1 minutes de lecture

Les provisions ont été fortement réduites, ce qui suggère que la première banque américaine par actifs n’anticipe pas une cascade d’impayés supplémentaires.

JPMorgan Chase a dégagé des résultats meilleurs que prévu au troisième trimestre, la banque ayant profité de la bonne santé des activités de courtage et mis de côté beaucoup moins d’argent pour couvrir les éventuels défauts de paiements de ses clients.

Les recettes générées par les échanges d’actions, d’obligations et de matières premières ont bondi de 30% sur la période, les marchés financiers continuant de se redresser après de fortes secousses à l’arrivée de la pandémie au printemps.

JPMorgan Chase, qui avait mis de côté plus de 10 milliards de dollars au précédent trimestre pour couvrir les futurs défauts de paiements de ses clients, n’a cette fois-ci provisionné que 611 millions.

Ceci suggère que la première banque américaine par actifs n’anticipe pas une cascade d’impayés supplémentaires, en dépit d’un ralentissement marqué de l’économie américaine handicapée par le COVID-19.

Le chômage, même s’il est descendu d’un pic en avril, reste à un niveau élevé tandis que de nombreuses sociétés ont dû baisser le rideau, temporairement ou définitivement.

Les recettes générées par les activités de prêts aux particuliers et aux entreprises, ont de leur côté baissé de 9%. La Réserve fédérale gardant les taux d’intérêt près de zéro pour soutenir l’économie réduit l’argent que les banques peuvent gagner en prêtant.

Dans le même temps, les Américains se sont montrés économes: leurs dépôts ont augmenté de 28%.

Au total, le groupe a dégagé un chiffre d’affaires de 29,1 milliards de dollars, quasiment stable sur un an mais au-dessus des 28,29 milliards anticipés par les analystes.

Son bénéfice net a atteint 9,4 milliards de dollars, en hausse de 4% sur un an. Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, il s’est élevé à 2,92 dollars là où les analystes attendaient 2,23 dollars.

L’action montait de 1,02% dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance officielle. Elle s’affiche en baisse de 27% depuis le début de l’année.

La banque a aussi dépensé 524 millions de dollars en frais juridiques: elle avait accepté fin septembre de payer 920 millions de dollars pour avoir manipulé les cours sur les marchés des métaux et des bons du Trésor.

A lire aussi...