Helvetia en bonne voie pour reprendre l’espagnol Caser

AWP

1 minutes de lecture

Du fait de la finalisation probable de l’acquisition fin juin, la consolidation ne se répercutera que sur le bilan et non sur les résultats semestriels.

Helvetia a obtenu plusieurs autorisations importantes en vue de reprendre son concurrent espagnol Caser, l’opération devant être finalisée à fin juin. Evoquant les effets financiers de la pandémie de nouveau coronavirus, l’assureur st-gallois estime que ceux-ci pèseront à hauteur de plusieurs dizaines de millions de francs sur le résultat actuariel net.

En vue de la reprise de Caser, opération annoncée fin janvier, Helvetia a ainsi reçu les feu verts de l’autorité de surveillance des assurances espagnole ainsi que de l’autorité européenne de la concurrence, écrit mardi l’assureur établi à St-Gall. Du fait de la finalisation probable de l’acquisition fin juin, la consolidation ne se répercutera que sur le bilan et non sur les résultats semestriels.

L’acquisition permet à Helvetia de renforcer encore ses activités européennes en tant que deuxième pilier, de développer le domaine attractif des affaires non-vie et de consolider sa capacité de distribution en Espagne. Le financement est garanti par les liquidités existantes. Le refinancement par des capitaux-actions et un capital hybride sera conditionné par un environnement de marché favorable, anticipe la compagnie de Suisse orientale.

Helvetia avait fait part le 24 janvier dernier de son intention de s’emparer d’une participation d’un maximum de 70% dans Caser. La transaction était alors devisée à un maximum de 780 millions d’euros (835,9 millions de francs).

Résultat des placements affecté

Au chapitre des retombées financières du Covid-19, Helvetia estime que la pandémie pèsera aussi sur le résultat net des placements, de l’ordre de quelques centaines de millions de francs (avant impôts). L’impact sur le résultat actuariel tient compte de l’arrangement à l’amiable proposé aux restaurants qui possèdent une assurance épidémie excluant les pandémies. A ce jour, 85% des établissements assurés ont accepté l’accord.

L’assureur précise avoir proposé des solutions similaires aux entreprises de la gastronomie concernées en Allemagne et en Autriche. Les paiements effectués dans le cadre de l’arrangement à l’amiable et les versements réguliers d’indemnisations suite au Covid-19 entraînent actuellement une baisse nette du résultat actuariel qui se chiffre en dizaines de millions (avant impôts).

La plupart des sinistres concernent le marché suisse et seront d’ores et déjà comptabilisés dans le résultat semestriel. Sur les marchés nationaux fortement touchés par le Covid-19 de l’Italie et de l’Espagne, la baisse du résultat actuariel liée à la pandémie reste faible.

Helvetia assure toujours disposer d’une forte capitalisation. Mi-mai, le taux de solvabilité SST dépassait toujours 200%, s’inscrivant ainsi dans la fourchette stratégique de 180 à 240%. La très bonne qualité de crédit du portefeuille d’obligations a permis d’atténuer les effets des élargissements de spreads constatés, note l’assureur.

En outre, la rentabilité financière à long terme de la prévoyance professionnelle et la capitalisation du groupe ont été améliorées grâce à l’introduction du nouveau tarif Vie collective. La capitalisation selon le modèle de capital S&P reste elle aussi solide pour le moment. Au 31 décembre 2019, le groupe affichait une capacité économique à verser des dividendes de 0,7 milliard de francs.

A lire aussi...